REVALPIN

voyages

Raid à ski au Paradis

14 Avril 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

La semaine dernière nous avons fait un tour du massif du grand Paradis en ski de randonnée. Tout était réuni pour 5 jours de grand plaisir avec une météo bloquée sur le grand beau temps estival, des sacs de raid légers grâce à tous les refuges gardés et une petite équipe de 3 skieurs affûtés et en grande forme : Muriel, Patrick et moi.

 

DSCN8184

Tout l'esprit du raid à ski est dans cette photo:

se laisser glisser en douceur vers une destination toujours nouvelle, ne jamais revenir sur ses pas, chaque jour découvrir de nouveaux paysages, chercher son itinéraire vers le refuge suivant que l'on espère toujours douillet, niché dans un cirque de montagne où l'esprit vagabondera encore tard dans la nuit après avoir posé les skis.

 

Nous avons fait la boucle depuis Ponte dans le Val Savarenche et non de Cogne comme habituellement pour éviter d'arriver le week end au refuge Victor Emmanuel bondé par tous les summiters du 4000m le plus accessible du val d'Aoste.  Finalement ce fut une bonne option qui nous a mis l'eau à la bouche pour chaque jour enchaîner quelques  variantes de l'itinéraire classique.

 

DSCN8190

 Premier sommet le 2ème jour: la cime de Noaschetta se traverse très bien sur l'itinéraire allant du refuge Victor Emmanuel au refuge Pontese.

 

Au dessus de nous c'est le sommet du Grand Paradis avec la pente blanche de la face Est.

 

IMGA0103 IMGA0107
 Première grande descente glacière du raid vers le bivouac Ivrea
 Puis les virages s'enchaînent comme chaque jour jusqu'à plus soif dans une neige de plus en plus souple en descendant vers les refuges.

 

Désolé pour la qualité des photos, mais l'appareil ayant rapidement rendu l'âme, nous avons fait avec les moyens du bord.

Au refuge Pontese nous retrouvons Thierry Ghigino (de St Martin Vésubie!!). Avec ses précieux conseils et les informations de la gardienne très sympathique, nous récupérons assez d'informations pour prendre l'itinéraire du col de Money. Ce col, très peu utilisé, permet de basculer directement sur le Vanontey avec à la clef une longue et magnifique descente glacière un peu complexe depuis le haut.

 

IMGA0113

En partant du refuge Pontese, la belle muraille du Mt Nero et de la Rocca Viva élance ses piliers de granit vers le ciel: de superbes voies d'escalade déjà testées en été.

 

 

 

Il va falloir franchir cette muraille par le fin couloir oblique de droite pour rejoindre le col de Money.

 IMGA0126  Au sommet du col de Money, la vue sur les glaciers du Grand Paradis récompense l'effort de cramponnage dans le couloir sud.

 

Du col de Money une descente grandiose sans trace nous attend. La clef de la descente est un passage vers 3000m permettant de basculer sur le glacier du Grand Crou par une courte pente raide orientée ouest juste sous un tout petit lac au pied de l'arête de la Rocca Viva. S'en suit un enchaînement de combes glacières sauvages jusque sur les pistes de ski de fond du Valnontey, où déambulent quelques touristes effarés de nous voir débarqués avec nos skis : Vous venez de là haut???? Vous avez fait une dépose en héliski, c'est pas possible....

 

IMGA0133
IMGA0140
 A la descente, la vue sur les séracs de la Rocca Vica est saisissante.
 2 petits couloirs cachés plus loin, nous voila au pied du glacier de la Tribulazione. Encore 1000m de descente jusque dans les alpages déjà verts du Valnontey.

 

 

IMGA0147  Après une nuit réparatrice dans un hôtel authentique et gastronomique comme savent le tenir les italiens, il va falloir porter les skis pour la première fois pour la montée au refuge Victorio Sella qui est sèche jusqu'aux cabanes de Pascieu.
 IMGA0154 Et nous voila de nouveau sur la neige pour une descente grisante en moquette parfaite l'après midi même. il s'agit du versant nord de la cime de L'inferno (le comble du massif du grand Paradis)

 

Une chose m'échappe encore lors de ce raid  à ski sans journée de repos. Plus les jours passent, plus les étapes s'allongent et plus les participants ont la forme. Alors que la fatigue gagne d'habitude petit à petit du terrain au fil des jours, cette fois ci on dirait que nous sommes chaque jour un peu mieux acclimatés à l'altitude et au grand air. Ca tombe bien, car la dernière journée nous réserve une grande étape jusqu'au Val Savarenche en passant au refuge Chabot. 

 

Au dessus des glaciers de l'Herbetet sur l'arrête du Grand Serra. Patrick devant et Muriel derrière qui vient de littéralement nous scotcher en faisant la locomotive du trio à 500m/h sans pause jusqu'ici.

 

A ce rythme on ne sera pas en retard sur l'horaire.

 IMGA0169
 On se paye même le luxe de monter au sommet du Grand Serra qui propose un pas d'escalade en dalle aérienne.
 IMGA0176

 

IMGA0202

IMGA0206
 Après le col du Grand Neyron, 1600m de descente nous attendent pour rejoindre la vallée sur fond de la face nord de la Becca Montandayné
 Une neige transfo à point permet de se laisser aller jusqu'au refuge Chabot avant de faire un peu de ski sous-marin dans une soupe de neige liquéfiée en dessous de 2200m.

 

Bravo à toi Patrick pour tes progrès rapides en ski de randonnée cet hiver : quelle réussite pour un premier raid à ski!

 

De retour à Nice, il se remet à neiger! Va t on avoir un petit rab de ski de rando dans le Mercantour après cette semaine d'été avant l'heure?

Lire la suite

Kandersteg

18 Février 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Littéralement en allemand : "le chemin de Kander".  La Kander est une rivière d'Oberland bernois qui a taillé une profonde vallée dans les montagnes Suisses. Au pied de la vallée se trouve un magnifique petit village Suisse quadrillé de piste de ski de fond: "Kandersteg". On y pratique un peu de ski de piste et surtout du ski nordique et de la luge. Oui oui, sur des pistes de luge même!

 

Sans titre 1  Les pêcheurs du dimanche redescendent du lac d'Oeschinensee. Sur les luges: les cannes à pêche et la grosse chignole de 1m de long qui sert à faire un trou pour pêcher dans le lac totalement englacé d'Oeschinensee en ce moment: une activité de détente très pratiquée à kandersteg.

 

Les grimpeurs connaissent Kandersteg pour ses cascades de glace que viennent contempler les touristes de passages. C'est certainement la plus grosse concentration de cascades de Suisse que l'on trouve tout autour du village et aussi un peu plus haut dans les vallées environnantes. Les cascades ont un profil plutôt assez raide, mais il y en a pour tous les goûts de 50 à 400m.

 

 Le secteur le plus parcouru d'Oeschinenwald à proximité du village à 1200m d'altitude.

 

Plein nord, c'est un vrai congélateur qui fonctionne à merveille en cas d'inversion de température.

DSCN0280

 

6° C au soleil et -2°C à l'ombre, la glace était cassante à souhait au début de la semaine en versant nord: de quoi bien se fumer les bras pour retaper trois fois les encrages.

 

Une bonne façon d'arriver suffisamment affamé chaque soir au resto pour dévorer les röstis (prononcer "reuchti"): sorte de petits carrés de patates frits avec des oignons et diverses accompagnements.

 DSCN0297

 

Avec le redoux en cours, nous avons grimpé plutôt dans les petites lignes autour du lac d'Oeschinensee qui conserve  mieux le froid à 1500m d'altitude.

 

DSCN0284 Le magnifique lac gelé d'Oeschinensee qui invite autant à la   contemplation qu'à l'action avec des dizaines de cascades tout autour du lac.

DSCN0348

Grimper une cascade de glace bleue au soleil au dessus du lac, pendant que les pêcheurs taquinent la truite: un rêve réalisé!

 

 

 

 

 

Pour profiter du grand beau temps et visiter aussi les cimes du coin, nous avons fait un petit raid à ski de 3 jours en boucle au dessus de Kandersteg : une sorte de grand tour du massif de Blüemlisalp. 

 

 Le premier jour la remontée de la vallée d'Oeschinen jusqu'à la Bluemlisalphütte permet de contempler les beaux versants glacières des Bluemlisalps.
DSCN0373
 Le lendemain on chausse les skis sur le seuil du refuge pour plonger directement dans une grande descente sauvage en versant nord du Schwarzhore. DSCN0392

 

DSCN0404

Muriel veut rentrer dans la bouche du Gamchigel glacier.

 

Nous sommes à 1900m d'altitude (l'altitude de la Madonne de Fenestere) et nous voila déjà sur un glacier! Bienvenue en Suisse.

 

C'est parti pour une grande remonté du glacier encordé jusqu'au gamchilucke pass. La couche de neige est très faible pour la saison en Suisse et les crevasses ne sont pas très bouchées.

 

A partir de là, les montagnes sont très peu fréquentées en hiver. Nous n'avons pas vu une seule trace de randonneurs montant à la force du mollet sur les glaciers de Tscingelfirn et Kanderfirn. Seules les hélicoptères fréquentes les lieux et déposent chaque jour leur lot de skieurs sentant bon le parfum des hôtels ***** de Grindelvald: le choc des cultures.

 

  En arrivant sur le Tschingelfirm glacier: tient voila les traces des héliskieurs.

 

Au fond la Yungfrau s'élance vers le ciel.

 DSCN0419
 Le troisième jour, nous montons sur une petit sommet de la Petergrat, duquel nous attend une descente de 4h jusqu'à Kandersteg par le glacier de Kanderfirn en poudreuse bien glissante, puis par l'immense vallée de Kandertal qui n'en finit plus.
DSCN0450

 Ca trace en bas du glacier. L'arrivée est encore bien loin, tout au bout de la vallée que l'on ne soupçonne même pas.

 

Heureusement que la carte est là pour nous dire que l'on peut bien retrouver la  vallée en descendant par ici: pas de traces.

 DSCN0456

 

DSCN0304

 

Kandersteg se couche pour une nouvelle nuit glaciale, entourée par le ballet des skieurs de fond qui profitent de la bonne glisse quand la neige se ressert le soir, alors que les alpinistes sirotent une bière en pensant au glaçon du lendemain.

Lire la suite

Trek-escalade sur les granits de Bregel

18 Août 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Un mélange de trekking et d'escalade : c'est à peut près le concept que l'on a essayé la semaine dernière avec Muriel dans le massif de Bergel entre le val di Mello et le val Bergaglia. Une semaine de refuge en refuge en mixant au passage un peu de grimpe sur les aiguilles "coup de coeur" rencontrées.

 

Ce massif est un paradis de l'escalade en granit avec une myriade de parois au rocher parfait. Nous avons à peine effleuré les multiples possibilités en grimpant une seule voie dans chaque vallée, mais ce concept de l'escalade itinérante nous a assez plu pour la diversité des paysages et des cultures italiennes et suisso-germaniques rencontrées.

 

Sans titre 1

 Après la petite Punta di Vechia, voila notre 1ère grande escalade en ligne de mire avec les 500m de la face Est de la Punta Angela.

C'est une antécime du Cengalo qui s'avance dans la combe vers le refuge Gianetti.

 DSCN9425

 Muriel dans le haut de la voie du "Grand Diedro" sur le fil de la pointe, juste avant de déboucher directement au sommet.

 

Il faudrait voir à remettre ce casque droit sur la tête!

 

Nous sommes partis de la vallée de Bagni di Massino en réalisant une boucle passant par les refuges gardés de Gianetti, Sciora, Albigna et enfin Allievi Bonacossa avant de redescendre dans le val di Mello. Il y a encore des beaux glaciers à basse altitude sur le versant Suisse qui culmine à 3300m.

 

DSCN9460

 

 

Ici dans la descente de la cime de Bondasca sur le glacier de Bondasca.

 

Ce glacier entre 3200m et 2300m était encore bien bouché grâce à cette saison d'été pas bien chaude. La neige fraîche cachait pas mal de gros trous.

 

 

DSCN9465 La cabane Sciora nichée au fond du val Bonacossa. Quelle ambiance dans ce refuge entouré des plus hautes faces du coin:  Aiguilles de Sciora, Piz Gemelli, Piz Cengallo, Piz Badile encerclent la vallée de leur faces de 800m de haut.

 

Sans titre 2

Le "ROI CHAT" au refuge Sciora : véritable pacha au milieu des clients du refuge, daignant quitter le coin du fourneau uniquement lorsqu'un rayon de soleil s'invite dehors.

 

DSCN9485
Les cimes austères des 3 aiguilles de Sciora dominent le refuge de leur versant Ouest. Plus à gauche, c'est La Torre Inominate de Ciaccabella que l'on a gravi pour traverser sur le versant Albigna. 
 DSCN9489

 Mumu dans l'arête ouest de la Torre Inominate de Ciaccabella.

 

Le rééquipement partiel de cette voie suit un itinéraire parfois beaucoup plus dur que la voie historique!

 

De l'autre coté de la montagne, nous sommes descendus sur le versant Albigna.

Mention spéciale pour le confort des couchettes dans les grands dortoirs du refuge d'Albigna. Ajouté à ça des repas gastronomiques et gargantuesques (je vous passerais les photos de la soirée fondue orgiaque), et le groupe jeune du club alpin du Vallais pour taper le carton, coincé comme nous ici sous la pluie, c'est un très bon refuge pour reprendre quelques forces.

J'allais oublier, il y a aussi de belles escalades à faire au dessus du lac d'Albigna. Mais pour nous c'était trempé.

 

 Arrivée au barrage d'Albigna au dessus duquel est perché le refuge Albigna.

 

Enfin une journée de repos bien mérité où il a plu toute la journée.

 

 

DSCN9503

 

Pour finir nous avons remonté le beau glacier d'Albigna jusqu'au passo di Zocca pour traverser sur le refuge Allievi. Pour nous c'est certainement le refuge où nous avons vu le plus beau potentiel de grimpe à portée de main. Des aiguilles de toutes tailles s'élèvent autour du refuge avec des versants bien ensoleillés. Si il fallait établir un camp de base pour grimper plusieurs jours dans une seule vallée, c'est peut être ici.

 

Sans titre 4

 A gauche La Pointe Allievi, à droite la Punta Rasica.

 

Un rayon de soleil tente de sêcher un peu le rocher entre deux averses.

 DSCN9563

 Après avoir buté dans les dalles mouillées de Gellato al Bonacossa, on prend notre revanche dans  Lady D à la pointe Rasica.

 

Magnifique!!

 

Contrairement à cette photo trompeuse, il y a une majorité de grandes dalles à friction compactes et raides au programme.

Lire la suite

Parque Nacional de Ordesa

30 Juillet 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

On était la semaine dernière pour un cours séjour avec Mumu à Ordesa. Mais c'est où ça?

C'est le versant espagnol du parc national des Pyrénées. Il doit s'agir du plus vieux parc national d'europe, car il a été créé en 1918 par décret royal. On était bien loin des ces préoccupations environnementales à l'époque en France, plus occupé par "l'Alsace Lorraine".

Cette région des Pyrénées est particulière pour sa géologie en majorité calcaire où les torrents ont creusé de grands canyons dans les couches de sédiments formant autant de falaises de montagne. Le contraste des couleurs est marquant. En bas c'est le vert profond des forêts, au dessus les couleurs vives des fleurs, puis le rouge orangé des falaises de calcaires gréseux, puis le vert des alpages, et enfin le gris du calcaires avant le bleu du ciel. Bref un festival de couleur qui sert de cadre à une escalade typiquement espagnol, engagée et raide, pour ce que l'on en a vu.

 

DSCN9276 Couleurs flachies d'Ordesa dans le cirque de Salarons. Non, non, il n'y a pas de truquage, c'est bien les couleurs d'origine.

 

A Ordesa, on grimpe sur le premier étage de falaises du cirque qui présente des couleurs vives de bleue à rouge. En fait c'est du calcaire gréseux formé de grands blocs imbriqués où les friends font merveille. Les voies classiques sont équipées partiellement sur pitons surtout dans les passages qui passaient avant en artif. L'escalade est souvent physique pour remonter ses fissures raides en contournant les zones de toits principales. Heureusement ces blocs forment aussi de petites terrasses perchées sur le vide bien pratiques pour faire relais les pieds à plat.

 

DSCN9260

 Juste à gauche de l'Iris, on peut voir le profil du pilier Sud Est du Gallinero: ça déverse grave en fait!

 

C'est ici que se déroule la voie Rabada Navarro, un chef d'oeuvre de cette célèbre cordée de Catalogne.

 

Comme la plus part des voies d'escalade du coin, il est difficile de se rendre compte de la raideur et de la hauteur des parois depuis le pied. Il n'y a qu'une fois dedans que l'on comprend que l'on va remonter de grandes lames de rocher imbriquées qui résistent à la gravité par on ne sait quel miracle.

 

 

Et pour occuper les temps morts au relais, le parc national à tout prévu : Du gypaète à l'aigle royal, les grands oiseaux planeurs ne manqueront pas de venir enrouler quelques ascendances tout au long de la journée le long des faces sud de la vallée d'Ordesa.

 

 La fière aiguille de 400m du "Tozal del Mallo"

 que l'on a vite renommé le "Total des Mazos" après avoir gravi une voie d'escalade dans la face sud qui est encore à l'ombre ce matin.

 

 

tozal mallo

 Grand gaz sur le fil du pilier Est du Tozal del Mallo dans l'avant dernière longueur de la voie Despiau.

 

Cette voie est à recommander dans le style classique des années 60, avec un final magnifique sur le fil de l'aiguille qui rompt avec le paysage fermé de la face sud.

despiau

 

Question logistique: la route d'Ordesa est interdite aux voitures. Des bus  vous emmènent du village de Torla jusqu'au fond de la vallée d'Ordesa de 6h à 22h en été. On peut passer comme ça des vacances sans voiture, installé au camping à  Torla, avec les transports en commun pour aller en montagne.

 

DSCN9310

 Pour se remettre de nos émotions sur les falaises nous avons aussi visités à pied une autre vallée au dessus de Torla. La longue vallée de Bujaruelo est à conseiller pour les amateurs de sauvagerie.

 

Ici la construction du bivouac, passage quasiment obligatoire dans cette vallée sans refuge. Pas besoin de matelas: l'herbe est grasse!

 DSCN9346

 Après un printemps très enneigé comme dans le Mercantour, les montagnes regorgeaient d'eau.

 

La moindre dépression abritait un lac magnifique pour le plus grand bonheur de nos mirettes. 

DSCN9293

 Mariage des iris et des chardons bleues dans les alpages.

La végétation est complètement dépaysante dans cette région quand nous sommes plus habitués au Alpes du sud.

Lire la suite

Tour Intégral du Valmalenco

28 Avril 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Le Valmalenco : une vallée du Valtelline italien sûrement plus connue pour ses carrières de Serpentine que pour le ski de haute montagne.

DSCN8485  La serpentine est une pierre verdâtre et compacte qui se découpe et se poli très bien pour toutes sortes d'usages: toiture, mur, dallage, et même des bijoux.

 

Pourtant cette vallée est fermée par de célèbres montagnes comme la Bernina ou le Mt Disgrazia. Nous voila donc partis la semaine dernière pour une grande bambée en ski pour faire le tour de la vallée en passant par les sommets et couloirs skiables sur notre chemin: Sasso Nero, Piz Palu, Cime Misaun, Piz Tschierva, Piz Muongia, Fuorcla Da Glüschaint,  Mt del Forno, Mt Sissone, Mt Poida, Passo Cassandra.

La météo a été avec nous, une fois passé la tempête du 1er jour qui nous a quand même bien contrariée: obligé de décaler le raid d'une journée, nous avons loupé le dernier jour d'ouverture de la station de Chiesa di Valmenco et il a fallu commencer le raid par 2000 m de dénivelé en partant de Gussepe. Une entrée directe en matière pour ce raid au longues étapes.

 

Le massif de la Bernina présente de nombreuses possibilités de raid à ski beaucoup plus abordables à travers ses immenses glaciers et barres de séracs.

 

DSCN8495

Premier jour:

La grosse trace à faire dans la fraiche ne nous décourage pas pour cette longue étape jusqu'au refuge Marinelli.

 

Non loin du sommet du Sasso Nero, l'heure est déjà au remodelage du chignon avec les sommets géants au fond: Piz Roseg dans les nuages et Bernina juste à droite.

 DSCN8511  Et déjà les premiers virages dans une poudre de cinéma en face nord du Sasso Nero.

 

DSCN8545

 Deuxième jour, sur la traversée très esthétique des Piz Palu à 3900m: un parcours de funambule sur le fil entre Italie et Suisse.

 

Après deux jours à faire la trace coté Italien, nous retrouvons pas mal de monde sur ce sommet très fréquenté coté Suisse.

 

 Descente du Piz Palu sur le refuge Boval. Au fond c'est le sommet de la Bernina avec sa magnifique "biancograt" qui est la belle arrête neigeuse de droite.
DSCN8552
 Gavage de poudre en versant nord du Piz Palu. C'est la seule descente tracée de notre raid à ski: On voit bien que l'on est très proche des remontées mécaniques Suisses de Diavolezza.
DSCN8555

 

DSCN8566  Petit matin du 3ème jour au pied des séracs du Piz Morteratsch.
 DSCN8624  Descente en face sud du Piz Tschierva avec toujours les grosses chutes de séracs de la Bernina pas bien loin.

 

 Perdus dans des montagnes sans traces, nous cherchons la bonne brèche pour basculer sur le glacier suivant.

 

Heureusement les cartes suisses sont précises et malgré le recul des glaciers on trouve toujours notre chemin.

Sans titre 1

 

DSCN8630

 Arrivée au superbe refuge Coaz niché au pied des glaciers avec au fond le Piz Roseg.

 DSCN8649

 4 ème jour: retour sur le Valmalenco.

 

Descente du couloir de la Fuorcla da Guschaint. Le haut du couloir orienté ouest dégel trop tard et il nous faudra le descendre d'abord à pied avant de chausser les skis au milieu.

DSCN8669 Descente du Passo Tremogia pour rejoindre le haut Valmalenco à Charriego. Au fond on voit les pistes de ski de Chiesa d'où l'on est parti au début du raid.

 

 5 ème jours: journée de repos qui tombe bien dans la vallée pour laisser passer une petite perturbation.

 

Puis nous repartons pour les trois derniers jours permettant de boucler le circuit par la traversée du haut Valmalenco où les refuges ne sont pas gardés.

DSCN8682

 

 

Ici sur le grand glacier del Forno au pied de la cabane Forno atteinte le 6ème jour.

 

Le paysage  se ferme de grandes faces granitiques, nous rappelant que nous sommes à quelques encablures du Piz Badile bien connu des grimpeurs.

 DSCN8707

 

DSCN8723

 7ème jours:

On commence par la traversée du Mt Sissone et son beau versant sud déjà transfo à 10h.

 DSCN8740  Descente de la Selle di Pioda au pied du Mt Disgrazia: une montagne qui a fait la une de beaucoup de chroniques alpines en Italie avec des faces intéressantes pour l'alpinisme.

 

 Dernière nuit en montagne au refuge Ponti. On finit les réserves de nourriture jusqu'au dernier gateau.

La cartouche de gaz est vide et les sacs sont allégés, mais la tête, elle, est pleine de souvenirs de glisse et de beaux sommets traversés.

 

Cerise sur le gateau: Je suis obligé de finir le raid en mode télémark à cause des tallonières arrières de mes fixations qui ont rendus l'âme... Trop de ski?

 

DSCN8741

 

DSCN8797

 8ème jours : dernière grande descente du passo Cassandra sur le glacier de Ventina au pied des séracs de la face sud du Mt Disgrazia. 

Et ça skie agréablement bien jusqu'au village de Charriego: le bonheur pour finir en beauté par une belle descente de 1500m.

 Sans titre 2

Retour en bas de la vallée. Le printemps est arrivée là où l'on avait déposé la voiture une semaine plus tôt. 

 

Les champs de fleurs ont remplacé la neige.

 

De retour à Nice, il reste un peu de neige dans le Mercantour?

Lire la suite

Granit du Mt Blanc

13 Août 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Voila quelques infos sur notre sortie annuelle au massif du Mt Blanc. Au vu de la fréquentation extrême du massif, en général une seule course là bas par été suffit à nous dégoûter pour la saison. Nous avions choisi d'aller visiter le granit des piliers du Brouillard en se disant que pas grand monde aurait envie de faire 2200m d'approche pour aller dérouler quelques longueurs d'escalade. Nous voila donc partis pour le bivouac Eccles à 3800m d'altitude.

En avant sur le glacier du Brouillard au pied des piliers de granit géant qui soutiennent le Mt blanc de Courmayeur.

Le bivouac Eccles est encore assez loin sur le flanc de l'aiguille visible tout à droite de la photo, et pourtant on commence déjà à être pas mal claqué de cette longue montée.

Le glacier est chaotique, mais il se remonte encore assez bien avec de nombreux ponts de neige qui devraient tenir quasiment toute la saison grâce aux chutes de neige régulières qui arrosent le massif cet été.

Effectivement personne n'allait grimper aux piliers du Brouillard. Mais c'était sans compter avec tous les acharnés de très hautes montagnes, qui étaient aussi montés à Eccles pour assaillir le pauvre Mt Blanc par toutes ces arrêtes: Innominatta, pilier du Freney, Peuterey. En tout, environ 26 personnes à Eccles le premier soir. Autant dire qu'il était impossible de fermer l'oeil dans cette boite de sardine de 9 couchettes bondées à craquer. Heureusement tout ce monde part petit à petit dans la nuit. A partir de 4h30 nous nous retrouvons seul au refuge et il est enfin possible de se reposer un peu sur le matin. Tant pis pour l'horaire matinal, c'est tellement bon de pouvoir enfin dormir un peu. Une fois opérationnel pour grimper, les conditions ne nous laissent pas trop le choix de la voie. La saison avancée a formé d'énormes rimayes au pied du pilier central et du pilier Bomington. Seul le pied du pilier rouge est à peu près fréquentable. Pour la voie Bonatti il faut remonter un gros cône en contournant une rimaye béante. On choisi donc "les anneaux magiques" dont l'attaque était encore pourvue d'un pont de neige permettant d'atteindre le rocher.

 Le départ  de la voie par la rampe de la directissime du Pilier Rouge qui nous a permis de rejoindre L2 des "anneaux magiques". L'attaque directe de la voie Piola était défendue par un trou béant qui ne doit pas souvent passer allégrement!
 Au milieu du socle des "Anneaux magiques", toujours pas d'anneaux de rocher en vue: on nous aurait menti ou bien??

Au dessus, le pilier rouge quasi déversant menace: mais par où ça passe?

Finalement plus ou moins sur le fil gauche  de la photo.


 

Les fameux "anneaux magiques" se trouvent finalement dans la longueur la plus dure en 6c sur un mur pourvu d'écailles de rocher en forme de croissant de plus en plus fines en montant vers le haut. La longueur précédente suivant une veine de quartz blanc nous a beaucoup plu. Au dessus la voie suit une succession de fissures plus ou moins larges à la chamoniarde. Nous nous sommes un peu perdus dans le bastion en suivant des diedres trop à droite sur le fil. Visiblement nous n'étions pas les premiers, car il y a un piton et un friend coincé dans un passage plus dur.  En haut des "anneaux magiques" nous sommes redescendus en rappel sans sortir en haut du pilier car la journée était déjà bien avancée. En plus il faut remonter la corde fixe qui permet de descendre à l'étage inférieur du glacier par un mur de glace raide. Il vaut mieux  prévoir un brin de 50m à fixer pour ce passage au cas où les conditions se détériorent : sérac plus haut ou chute de pierres coupant la corde.

 La sortie de la longueur clef en dalle.
 
La face est déjà passée à l'ombre à cause de notre départ tardif et il fait bien frisquet tout d'un coup.

Tout en bas le glacier du Brouillard écoule tout doucement ses tonnes de glaces qui s'écroulent régulièrement à grand fracas.
   Muriel traverse pour rejoindre la voie Piola et ses beaux relais équipés après notre fourvoyage sur le fil gazeux du pilier.

La descente en rappel est très pratique et nous n'avons pas coincé la corde.

Il y a juste un relais sur un piton et des vieilles sangles à consolider. Apparemment la voie doit en croiser une autre plus vieille à ce niveau et il n'y a donc pas de spits au relais pour ne pas modifier l'ambiance?

Finalement, le choc des cultures n'a pas été si violent que ça entre les niçois et les chamoniards. Une fois la foule partie au Mt Blanc, nous avons eu tout le cirque pour nous seul et le deuxième soir nous étions seul au bivouac: un peu plus en accord avec nos habitudes du grand sud.
Un petit coucou à Seb Meyer et sa copine qui ont du se régaler à l'arrête de l'Innominata et un grand merci à Mario Monaco de Cuneo qui nous a laissé quelques délices culinaires pour le deuxième soir après avoir buter à l'arête de Peuterey. Et quel repas de roi: les tortellinis fais maison de sa femme avec les olives et la mozarelle dans son jus. Un vrai régal tout là haut!!
Lire la suite

Un bol d'air frais au Piantonetto

30 Août 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Ca sonne  bien italien le "Piantonetto". Et oui c'est une vallée du Grand Paradis un peu loin du Mercantour. Une semaine de grimpe dans cette vallée il y a 5 ans m'avait enchanté. Le refuge Pontese dominant le Barrage de Telecio est un superbe camp de base d'où il est possible de rayonner sur toutes les parois alentours. Le superbe granit du Grand Paradis offre de multiples possibilités dans cette vallée. Les stars du coin sont le Bec de la Tribulazione et le Bec de Valsoera. Nous avions aussi visité les 2 voies modernes du Mt Néro plus haut dans la vallée et j'avais vu qu'il y avait pas mal de belles aiguilles tout en haut de la vallée.
DSCN1923.jpg
Le bivouac Carpano est planté au milieu d'un décors de falaises de rêve dans le haut du vallon de Piantonetto.
Un petit retour en ces hauts lieux ne pouvaient donc que nous enchanter. Après une semaine pourrie et froide le mois d'août semblait enfin se décider à laisser échapper quelques chaleurs. Les falaises du Piantonetto pour la plus-part orientée Sud et Est sêchent vite. C'est donc ainsi que nous sommes partis pour passer un week-end rallongé à l'hôtel 4 étoiles du Bivouac Carpano et explorer un peu plus les voies d'escalade du haut de cette vallée.
DSCN1895.jpg Sur le chemin  de montée au Bivouac Carpano le Becco  di Valsoera nous fait de l'oeil. Sa paroie Est très redressée présente quelques bijoux du massif: Du rocher très raide et compact avec des voies forcéement exigentes.            
DSCN1918.jpg Un Boquetin nous fait le spectacle devant le bivouac. Derrière lui la fière aiguille de la Tribuliazione se dresse vers le ciel.

Nous avons commencé par une voie très récente qui n'a pas dû être beaucoup répétée vu le peu de trace de passage trouvé dans la voie:  "Cinquantennio Della Gerva" de 1998 à l'antécime Est de la Becca Di Gay (non,non... ce n'est pas un sommet pour les tarlouses!).
Les indications du topo sur la voie ne doivent effrayer les amateurs de beau rocher tranquile. La voie est certe marquée 6b+ et A2 sur 450m, mais les longueurs ne sont jamais soutenue et le seul passage de véritable 6b est justement la longueur d'A2 qui passe bien en libre ou en artif en se protégeant sur de petits friends. On redescend du sommet par la voie normal de la Becca di Gay qui passe par son glacier supérieure et par le couloir qui borde la face à gauche.
Muriel au sommet du contrefort  Est de la Becca di Gay. On remarquera l'équipement un peu léger pour la descente glacière: des basquets "cinque terre"**, un porte gourde en guise de sac et un marteau en guise de piolet... DSCN1908.jpg
Le glacier de la Rocca Viva coule des jours paisibles entourés de pas mal de parois de granit qui pourraient faire conccurence à certains sites chamoniards.  DSCN1906.jpg
** Merci Alticoop pour la paire d'occas dénichée par hasard de cette chaussure comme on en fait plus!

A la Torre Rossa di Piantonetto nous avons fait la voie historique Cristiano-Danusso. Contrairement à la voie de la veille, la cotation TD+ est assez sévère avec des passages de 6b obligatoire. Comme quoi il n'y a pas de règle!
Cette aiguille de granit presque rose située juste au dessus de Bivouac Carpano est assez attirante. Le nouveau topo "Rock Paradise" ne donne quasiment aucune info sur cette voie, ci ce n'est son tracé sur le fil de l'aiguille près du couloir la séparant de la Testa di Money. Mais sur le topo de randonnée et alpinisme dans le Grand Paradis de 1976 trouvé au bivouac, la voie est décrite longueur par longueur. D'après ce bouquin la voie Cristiano-Danusso était le défit le plus exigeant des années 70 dans ce massif. Il fallait donc absolument allé visiter cette voie tombée dans l'oublie.
DSCN1925.jpg
Pour les premières longueurs de la Torre Rossa di Piantonetto, il faut prendre une variante attaquant tout droit sur le pilier.
Elle permet d'éviter les longueurs d'origines passant trop près du couloir exposé aux chutes de pierres.
Ca artif dur dur dans la longueur clef de la voie. On remarquera au passage l'embrouillamini de sangle du relais pour essayer de trianguler au mieux tous les points.

Dans cette longueur coté A3 par les anciens, tous les pitons nécessaires sont déjà en place. Il suffit de rajouter quelques coinceurs entre certains pitons pour passer.
DSCN1935.jpg
Un granit presque rose à beaux cristaux. Une escalade raide vraiment enthousiasmante et principalement en libre. Un sommet pointu et estétique sur un bloc monolithique. Une descente pratique en 3 rappels coté nord pour prendre pied sur le glacier de la Rocca Viva. Cette voie a tout pour plaire encore aux alpinistes d'aujourd'hui 40 ans après son ouverture.
Lire la suite

L'hiver ne revient pas?

22 Mars 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Quand je vous dis, que les chalets croulent sous la neige dans les Alpes du Nord. Voila la photo qui va vous donner envie d'aller skier au mois une fois dans l'hiver malgré cette saison de misère dans le 06.

Bon d'accord, ici il ne tombe toujours pas grand chose. Le froid est revenu. Mais les précipitations sont rares dans les Alpes Maritimes. Tout au plus quelques centimètres qui cachent à peine les reliefs durcis de la vieille couche. Ca secoue pas mal d'après les skieurs de ce jeudi en Tinée.

Pour le gavage de poudre, il faudra aller dans les Alpes du Nord où l'enneigement commence à être conséquent au dessus de 2000m. Il a beaucoup neigé en Suisse et dans les Pyrénées, mais pour Nice nada...

Lire la suite

St Foy de Tarentaise

15 Mars 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

C'est pas un scoop. Ce printemps, il faut monter dans les Alpes du Nord pour trouver de la neige à profusion en altitude. Rien de telle que la Tarentaise pour se plonger dans la poudre jusqu'aux genoux. Les chalets qui disparaissent sous 2m de neige. On avait presque oublié que ça existait.

Quand la neige descent encore assez bas vers 1600m, St Foy de Tarentaise est une station super pour les hors pistes à tous les étages. Il y en a pour tous les goûts: quelques pentes classiques bien au nord en partant du haut du télé de l'Aiguille, des couloirs assez raides à profusion qui retournent sur les remontés mécaniques accessibles en marchant 15min sur la crête ou d'autres descentes beaucoup plus sauvages en partant en rando du haut des pistes.

Gavage dans le haut du "couloir de la Croix".

Facile à repérer depuis l'arête, il  suffit de plonger juste en dessous de la croix en bois.

 Fin de journée par le versant Nord de la Folgiettaz

200m de peaux pour 1500m de descente jusqu'au hameau de la Masure.
Le rêve!!
 

Cette station est idéale pour partir avec les peaux du haut des pistes. On accède rapidement à la pointe de la Fogliettaz et à son versant nord très intéressant. Plus loin il y a  l'Archeboc avec 1800m de descente pour 2h de montée!
Sur la crête entre  Ormelune et l'Archeboc.

Un paysage très haute montagne entre Vanoise et Grand Paradis.

Quelques jours en Tarentaise suffisent pour avoir l'illusion que l'hiver continue. De quoi tenir jusqu' à l'invasion polaire prévue pour lundi 19 mars??

Lire la suite

Pause estivale sur Revalpin

16 Juillet 2006 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Et oui... C'est les vacances d'été. Du coup de moins en moins d'info sur le site ces derniers temps et encore moins le mois qui vient.

Pour vous faire patienter, voila quelques photos récentes de la Noire de Peuteret.

Muriel au sommet de la Noire avec derrière la suite de l'intégrale de Peuteret passant d'abord par la Blanche de Peuteret puis le Mont Blanc de Courmayeur au fond. (les accors du glaçon auront remarqué que les goulottes du versant Brouillard sont encore en conditions le 9 juillet)

Un petit bout de l'arête sud de la Noire de Peuteret: 11h de grimpe sur ce granit découpé à la hache. N'oublier pas de partir tôt pour avoir le temps de descendre avant la nuit par l'arête Est tortueuse à souhait.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>