REVALPIN
Articles récents

La fille cachée de St Robert

7 Août 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Le St Robert, belle pyramide satellite du Gélas, la traversée classique de ses arêtes vertigineuses... tout ça, vous connaissez?? Saviez vous qu'il cache une face nord de 400m coté Italien, avec un glacier qui racle et qui grogne encore tout ce qu'il peut avant sa mort programmée. 
Bref, Saint Robert était surement un saint homme de son époque; mais il a lui aussi son "coté obscure". 
Pour découvrir sa fille cachée rien de tel qu'une incursion dans cette face Nord.

DSCN1751.jpg Muriel et Benoit tchatchent au relai. Plus bas le glacier du St Robert coule encore de beau jour.  Il y avait encore pas mal de glace sous la couverture de pierre jusqu'en haut de la photo.

Après avoir gravi les moraines très instables du glacier et franchi la "rimaye", plusieurs voies s'offrent à vous. La plus récente s'appelle "Erika", en pleine fleur de l'age du haut de ses 17 ans d'existence. Les pitons de la voie, déjà rouillés jusqu'à la moelle, vont bientôt disparaître tels les boutons d'acnés de sa jeunesse. 
Grâce à vos friends et coinceurs vous allez pouvoir vous délecter des fissures de la jeunette qui va bientôt faire peau neuve. 
La voie Erika propose  quelques longueurs assez redressées en 6b dans le partie basse. Il faut chercher les pitons qui indiquent souvent le chemin. DSCN1750.jpg
Ben au sommet du spigolo qui marque la fin des difficultés.
Un fois arrivé au sommet de l'éperon de 200m où chemine la voie, l'escalade devient beaucoup plus facile sur les 200 derniers mètres.
DSCN1763.jpg

L'accès au pied se fait très bien en venant de la Madonne de Fenestre. Direction col de Fenestre puis descendre environ 150m coté Italien pour prendre un gros sentier empierré qui part à droite (marqué sur IGN). De là, il faut traverser en franchissant quelques vires à un moment pour arriver au pied de la face. 3h sans se presser. Du sommet du St Robert on descend du coté Français par l'une ou l'autre des arêtes du St Robert.

 DSC01618.jpg  DSC01621.jpg
  Un Bouquetin du val Gesso nous défie le long du chemin.  Le Génépy. Il y en a partout en cette période de grande floraison. Mais il est interdit de la cueillir dans le parc du Mercantour et dans le parc des Alpi Maritime.
Lire la suite

The Cougourde

30 Juillet 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

La  Cougourde...
L'incontournable joyau du Mercantour, un monolithe de gneiss imperturbable vu de la vallée.
Toujours autant de prétendant pour les voies classiques de la magnifique cime 4. Dimanche 29 juillet, alors que les activistes du CAF de Nice investissaient l'arête sud, 3 cordées se délectaient du beau rocher dans le célebrissime éperon Demenge.

Dans la petite face nord ouest de la cime 3, la voie "les fils de la lune" ne nous a pas transcendé. Du coup on est descendu au bout de quelques longueurs en cherchant perpétuellement la voie. Quelques vieux spits protègent les passages déversant, mais l'escalade déroule assez mal. Peut être faut il persévérer pour prendre son pied dans les longueurs du haut. Patrick Berhault faisait l'éloge de cette voie sur un vieux vertical....
Du coup on a sauvé l'après midi dans "Espérance".
La valeur sûr de ce secteur.

Les 4 longueurs du haut sont très homogènes sur du beau rocher rouge sculpté.
Vraiment à faire.
DSCN1729.jpg
On peut même prolonger la voie en montant tout droit dans la dernière longueur au lieu de traverser à droite. Ca fait une dernière belle longueur à protéger sur friend en fissure physique pour sortir. DSCN1731.jpg

A la cime 4, l'enchainement classique "Christina" puis "Lamaje" est très esthétique. L'équipement sur spit de 8mm est vieillissant, mais les 2 voies proposent de belles sections de dalles à déchiffrer.

Une cordée d'espagnolitos dans le haut du pilier Demenge.

Une escalade osée pour l'époque. Imaginez vous sans les spits dans les dalles du haut de l'éperon.
Pas froid au yeux l'ami Demenge!
La descente de la cime 4 est toujours aussi délicate quand il y a du monde. Les nombreux blocs branlant volent allégrement pour rejoindre le pierrier du bas!!!! En cas d'affluence il vaut mieux descendre par l'arrête sud si on la connaît. Au début on marche facilement sur la crête. Puis 4 ou 5 rappels sur chaîne neuve permettent de descendre sur l'arête à partir du moment où elle devient raide.
Mumu en finit avec la dernière longueur de la Lamaje pour sortir au sommet de la cime 4.

Une des  longueurs les plus redressées sur le fil d'un petit pilier.
DSCN1745.jpg
Lire la suite

Condition Argentera

17 Juillet 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Revalpin

Voila une photo de l'Argentera prise du sommet du Giegn le 13 juillet.
DSCN1704.jpg

























Il reste encore un peu de neige au pied de certaines voies de la Nasta. Plus de neige au pied du Corno Stella ni dans l'éperon Campia à l'Argentera. C'est l'été!
Lire la suite

Le Giegn clef en main

16 Juillet 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Voila enfin quelques infos sur notre cher Mercantour.  Quelle erreur de ne  jamais être allé au Giegn (prononcer "gien"). Nous avons vraiment découvert quelque chose ce week-end. 
En étudiant un peu la carte IGN, vous vous êtes peut être dit que l'approche était trop fastidieuse. Une bonne organisation vous permettra de déguster les belles voies du Giegn sans trop de fatigue.

Les 2 voies les plus modernes sur le grand gendarme à gauche et le sommet nord ouest à droite:

DSCN1710.jpg

Tout d'abord il est fortement conseillé de passer 2 jours dans le coin pour grimper 2 voies. L'homogrimpus n'aura ainsi pas l'impression d'avoir marché toute la journée pour moins de 300m d'escalade. Le coin le plus sympa pour dormir / bivouaquer / camper est le lac de Graveirette sous le lac Nègre. En plus c'est le seul endroit où on peut trouver de l'eau à profusion. La combe du Giegn n'est pas du tout propice avec d'infame champs de bloc à perte de vue.
Après avoir poser un sac avec le matos de bivouac aux alentours du  lac,  il faut prendre son courage à deux mains pour monter sur la crête de Colombrons. Il faut monter assez haut sur la crête jusqu'à environ 2700m pour pouvoir descendre de l'autre coté dans le dernier grand couloir de bloc juste avant les tours rocheuses du Giegn plus au nord. En bas du couloir on arrive très vite au pied des tours par une traversée vers le Nord. Cette approche permet d'éviter la combe du Giegn couverte de blocs de toutes tailles.

Le soleil se lève sur le lac de Graveirette après une nuit étoilée.            
Ce lac est bien connu des pêcheurs pour ses truites. 
Il est également  très agréable de s'y baigner après l'escalade
DSCN1707.jpg
Arrivée au soleil couchant au sommet du Giegn le premier jour après une courte traversée d'arête. DSCN1701.jpg

Il vaut mieux prévoir de ne rien laisser au pied des voies. Les 2 voies modernes permettent de descendre en rappel, mais c'est plutôt en cas de soucis, car il vous faudra remonter le couloir de blocs instables pour rejoindre la crête de Colombrons. Une fois au sommet des voies, 5 min de traversée facile par une vire en face nord 15m sous la crête vous ammène à la pointe du Giegn.  De là il n'y a plus qu'à se laisser descendre jusqu'au bivouac au bord du lac, sans oublier de laisser tout le matos d'escalade à la brêche sur la crête de Colombrons où l'on est passé le matin même.
Le lendemain il n'y aura qu'à monter une bouteille d'eau bien remplie jusqu'à la crête de Colombrons pour parfaire votre connaissance des lieux sans quasiment vous fatiguer pour l'approche.
L'escalade au Giegn c'est du beau gneiss très sculté. Les dalles sont pleines de beaux cristaux qui ont résisté à l'érosion. DSCN1693.jpg
Notre ombre se découpe en grimpant sur le pilier sommital des "Tontons Limites".

La face est orientée au soleil couchant et se prète bien à une escalade tardive. 
DSCN1695.jpg
Contrairement à ce que pourrait laisser croire le topo, "les tontons limit" est plus facile que "les enfants de la brume". Dans cette dernière, la deuxième longueur est équipée par la variante en 6a à droite du toit. Mais les longueurs en dalle sont plus exigeantes que dans "Les tontons limit". Pour ces 2 voies, un jeu de coinceurs est nécessaire (moyens et petits), particulièrement des petites tailles et des cablés dans "les enfants de la brume".

Pour les voies plus anciennes, "Le dièdre Vernet" et la Dufrand au sommet nord ouest ont été sécurisée avec quelques spit de passage par le rééquipement du Mercantour. 
Lire la suite

Eboulement Gorges de Daluis

12 Juillet 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Revalpin

Info de dernière minute. Un éboulement dans les gorges de Daluis a créé un barrage et un lac sur le Var aujourd'hui. Mieux vaut donc éviter d'aller se promener dans les gorges ses prochains jours. Une belle vague pourrait vous engloutir en cas de rupture du barrage. De même les sorties dans le Var des célèbres canyons du coin peuvent être dangereuses  (clue d'Amen).

Lire la suite

Proba aspirant guide 2007

12 Juillet 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Revalpin

Dur de faire face à la déception du proba de la semaine dernière. Il est décidément bien difficile d'avoir la moyenne nécessaire pour être sélectionné. Du coup pas trop de motivation pour faire un reportage sur les dernières journées d'escalade avec Muriel. Mais ça va revenir... patience.
Il fait très beau dans les alpes du sud en ce mois de juillet et c'est le moment ou jamais d'aller visiter les voies qui vous font rêver en montagne.
Bravo à Benjamin Guigonnet et à Damien Tomasi qui représentent la réussite niçoise au proba cette année. 

DSCN1678.jpg
Juste une petite photo quand même de la Paroie Rouge à Archiane.

Au milieu de ce mur, paradis de l'artif, une voie de libre s'insinue. C'est encore une trouvaille d'un ancien grimpeur visionnaire "Leprince Ringuet". A faire absoluement.
Lire la suite

Dragonet

26 Juin 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Voila un bon plan pour grimper au frais cet été en Argentera loin des "foules" du Corno Stella ou de la Nasta.
Greg et François Auban ont revisité le pilier du Dragonet. C'est la pointe à droite dans le cirque de l'Asta. Aventure garantie.
TD / 5+ max et ob. / 17 Longueurs/ 450m / qques pitons par ci par là (pratiquement rien).
Descente à pied de l'autre coté (10m de rappel) sur le versant du vallon du Lourousa.

Greg fait chauffer le repas au bivouac Gandolfo. Il faut bien se débrouiller avec les moyens du bord, le refuge n'étant pas ouvert. A quoi servent ces cabanes si elles sont éternellement fermées?

Le pilier du Dragonet où se déroule cette voie historique.

De bonnes chaussures et éventuellement des crampons peuvent servir en ce moment pour accéder au pied. 

Le topo des 100 + belles suffit pour faire la voie:
Attaque au plus bas (voir photo) L1/L2 tout droit puis a gche (3,4 70m). Relais extrémité gche d'une vire. Petit pilier (10m, 4+) puis basculer à gche dans un couloir. Le remonter. Il se poursuit par une dalle, une vire oblique à droite (2 Lg, 4+ 5). Revenir à gche (20m 3) Partir à droite (rampe aérienne puis dalle au dessus et retour à gche sur 20m sur une grde dalle couchée, 5) Sortir au bout de la rampe (descente 5m) puis remonter droit (5 délicat) Dièdre à droite (5) et retour à gche sur le fil. 50 m sur le fil (3) Suivre ensuite les pitons à drte (5+) et retour sur le fil. 2 Lg facile sur le fil (3). Mur en 5 (2 pitons). Une longueur aérienne sur le fil (5) emmène en haut de la pointe (maillon pour rappel).

Bonne grimpe.

Lire la suite

Ubaye: Barre de la Mortice

26 Juin 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Vous ne connaissez pas?  Normal, avec 900m de dénivelée pour l'approcher et des voies d'à peine 150m, dans une vallée perdue d'Ubaye, cette falaise ne doit  pas attirer  les foules. Pourtant quelques amoureux du coin ont dessiné là bas des voies d'escalade sur du rocher proche de la perfection. Accès: la falaise se situe au dessus de St Paul sur Ubaye en remontant le chemin du col de Serenne. 20min avant le col, vers 2500m on découvre ce beau mur de coulées grises.

Après avoir traversé longement un alpage digne des contes les plus romantiques, on découvre la barre de la Mortice avec son rocher coloré et compacte. DSCN1630.jpg
La dernière longueur de "Parfum de Pierre":
Un rocher d'altitude très riche en préhension.

Affutez vos ongles et vos chaussons pour la dalle de crépi de L3.
DSCN1637.jpg

Le site est caractérisé par son calcaire rose sorti de nulpart. Du coup le roher est très coloré avec de grandes bandes grises, là où le roher est oxydé, qui coulent sur des dalles roses à oranges.
"Entre- Boumas est la voie la plus parcourue du coin".
Comme son non l'indique, elle louvoie entre les dévers  sur de superbes dalles à crépi.
DSCN1621.jpg
Fou, fou, fou ce calcaire rose qui parrait si lisse  de loin. Et pourtant c'est du 6a... tout sur les pieds. A faire absoluent lors d'un passage dans ce coin.
DSCN1624.jpg

Lire la suite

Val Vierge

15 Juin 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Voila quelques photos de notre dernière journée de grimpe aux Calanques avant l'arrivée des fortes chaleurs (on  les attend  toujours... tant mieux). Nous sommes allés dans le Val Vierge, visiter les voies de libre à gauche de la Concave. Il y a de belles perles mais c'est un peu court. Alors autant enchainer plusieurs voies lors d'une visite à cette falaise.
DSCN1543.jpg DSCN1551.jpg
La traversée de la dernière longueur de l'Oeil de Sauron est surement la longueur la plus esthétique de cette voie avec le dévers de la Concave en fond.
Un 6b gazeux
Un océan de dalle à goutte d'eau vous attend dans le haut de "Elle est pas belle la vie". C'est certainement une des voies les plus recommandables du coin dans un niveau abordable. Attention à ne pas se tromper à la bifurcation avec "Evidence". Le 2ème point est loin, mais il y a de bonnes prises.
   

En voyant que la voie était fraichement rééquipée, nous avons aussi grimpé quelques longueurs de "l'Enfant des étoiles". Finis les terribles spits rouillés du topo, la voies est équipée en sellement comme sa voisine: "Porque te Vas". Le niveau est beaucoup plus soutenu avec pas mal de pas de bloc qui ont mal vieilli... prises arrachées??
DSCN1554.jpg Pour finir, une belle vue depuis la Concave,
avec le socle de la Candelle au premier plan et le Cap Morgiou au fond.
Lire la suite

A l'Est de l'extrème Sud-Est.

11 Juin 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Un nouveau spot d'escalade est en train de voir la jour à Breil sur Roya. Bientôt plus d'info sur ce site de couennes*** pour vous motiver à monter en Roya. 
De l'autre coté du col de Tende, le massif de l'Argentera connait un printemps humide et orageux. Comme dans le Mercantour, il faudra partir très tôt pour rentrer de votre course en montagne avant que les orages n'éclatent. Le couloir du Lourousa doit être en très bonne condition en ce moment avec une sortie au sommet de l'Argentera. Vu hier de la tour d'Aménophis III, il était bien blanc et assez large, avec de la neige 200m au dessus du bivouac Varone. 
Pour la grimpe, on a découvert un peu les falaises de granite et gneiss au dessus de Valdieri grâce au nouveau topo du val Gesso. Les falaises qui ont une approche courte sont assez asseptisées comme à la torre di Lup. Pour les autres, l'ambiance se rapproche plus d'une grande course en montagne, avec recherche d'itinéraire et des voies plus engagées. Pour l'accès à la tour d'Aménophis III et à la tour de Soprese, prévoir environ 3h de zigzag entre les vires au lieu des 1h30 du topo! Le rocher y est assez classe, mais il faut choisir les voies marquées 4**** dans le topo pour faire une voie magnifique et rentabiliser l'approche un peu longue.

Lire la suite
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 > >>