REVALPIN
Articles récents

Méga tour du Malinvern

5 Mars 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Bon, il nous aura fallu 4 jours quand même pour boucler ce "méga tour du Malinvern" à ski sans trop se presser . Partis samedi matin d'Isola 2000, nous sommes rentrés mardi juste avant l'arrivée de la perturbation froide qui a reblanchie le Mercantour la nuit suivante.
Au programme de ce raid: 4 jours de peautage et dépeautage pour traverser le massif, 4 jours de descentes savourées et de longues montées contemplatives, 4 jours d'immersion dans l'hiver Mercantourien.

Quelques photos du premier jour avec Marine et Nico ici.

Samedi matin nous sommes montés au Mt Aver en passant le col de la Lombarde. Le couloir N du Mt Aver est une belle manière de basculer sur les lacs d'Aver. La neige était un peu collante au fond du vallon d'Aver, mais quelle bonheur de skier dans ces vallons sauvages. Le fond du rio Freddo est assez peu fréquentés par les italiens surement découragés par la longue route d'accès depuis le val Stura.

undefined Muriel et Marine se rodent au ski de couloir dans la face Nord du Mt Aver.
undefined Au bord du rio Freddo, le refuge du Malinvern était le plus confortable du raid. Le gardien n'était pas là pour sonner la cloche à l'heure du repas, mais quelle ambiance dans ce navire vitré!!!

Dimanche nous sommes montés dans la vallon de la Paur sous la cime N de Valrossa. Nous sommes montés au sommet de la Rocca de la Paur par son couloir sud après avoir contourné la cime par le Passo di Valrossa. Il est aussi possible de monter à la Rocca de la Paur directement par son beau couloir N. Mais il fallait déchausser et on préférait ne pas alourdir le sac déjà lourd avec les skis. Du sommet une descente complexe passant par le colletto Est della Paur et le col de la Valletta permet de rejoindre le refuge Dante Livio Bianco.

Le haut du vallon de la Paur, vu du sommet de la Rocca de La Paur. Vue sur le versant Est de la chaine Mt Aver/Lombarde très propice aux tours en ski depuis Isola 2000.

On peut voir que de multiples descentes à vue sont  possibles sur le rio Freddo.
undefined
Le versant Ouest du Matto que l'on remontera le lendemain.

A droite, la cime Valmiana est également une classique à ski par les grandes pentes à l'ombre.
undefined

Pour descendre sur le refuge Livio Bianco, il ne faut pas chercher à couper au dessus du lac supérieur de la Sella: on s'est perdu dans les barres pour finir par remonter. Le passage par le col de la Valletta est obligatoire..
Le 3ème jour nous sommes montés au Matto par la voie normale passant par de multiples superbes lacs. Au coeur du massif de l'Argentera, la vue était sublime du sommet. Nous sommes descendus par le passo Cabrera. Des traces descendant dans le vallon de Cabrera nous ont rassurés quant à la possibilité de descendre sur Terme di Valdieri. En fait, le vallon était beaucoup plus raide que ne laissait présager la carte italienne et un petit rappel de 10m sera même nécessaire pour franchir une cascade.

undefined L'Argentera vue du sommet du Matto.
Le couloir du Lourousa est encore un peu fin pour une tentative à ski. A gauche, le couloir N de l'Asta Sottana parait bon pour l'alpinisme.
undefined Une descente spectaculaire dans le vallon de Cabrera: un véritable canyon de 1000m de dénivelé encaissé entre des parois majestueuses en face sud du Matto.

Pour finir cette longue journée nous avons rejoint le refuge Questa par le magnifique vallon du Valasco.
Le froid de la journée de mardi a empêché la neige de vraiment décailler sur le versant sud du Pas des Portettes.Un retour à Isola 2000 par la baisse de la Lause et Druos nous a permis de trouver encore un peu de poudre pour finir sur les pistes de la station.

Une  photo du versant N des Portettes qui peut vous aider à  trouver le bon col, pas si évident en faisant un tour de la tête de Claus par exemple. undefined
Lire la suite

Gialorgues

21 Février 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Quelques infos en provenance du vallon de Gialorgue.
La face sud de Sanguignerette est  excellente en transfo. Puis le verrou sous le cirque de la Cote de l'Ane est encore en poudre non ventée... Chose rare par les temps qui courent.
undefined
Vue de la descente depuis le sommet de Pierre Châtel.
La trace est faite pour monter par l'itinéraire de descente. Il faut juste tirer un peu plus loin au fond de la combe pour rejoindre la crête au col à gauche du sommet et éviter d'avoir à déchausser en remontant le couloir sommital dans l'axe.

Par contre les couloirs Nord de la Côte de l'Ane sont dévastés par le vent.
Etendue des dégâts en versant nord de la Cote de l'Ane: les rochers pointes dans tous les couloirs desséchés. undefined
Le vallon de Pierre Châtel avec une neige bien froide plein nord de l'autre coté du vallon de Gialorgue. undefined

Vraiment une bonne saison dans le Mercantour avec un enneigement encore plus que satisfaisant sur tous les massifs du département. En évitant les départs trop bas plein sud, c'est la sortie réussie à coup sûr.
Lire la suite

Cime du Diable

18 Février 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Un petit tour à la cime du Diable ce samedi 16 février avec une bande de copains. Rien de tel pour dédramatiser  le nom d'une montagne surement donné par le Sorcier des gravures des Merveilles...

La cime du Diable n'est pas un sommet enflammé avec des cornes rouges et une fourche de démon. C'est par contre une belle rando à ski depuis le gîte des Merveilles en Gordolasque: 1000m de dénivelé qui montent assez régulièrement en versant ouest à nord. A l'ombre, la neige était assez cartonnée et durcie par le vent au dessus de la forêt. Nous avons quand même trouvé un peu de transfo agréable à skier en contournant le sommet par le sud, puis un peu de neige plus légère dans la forêt.

Le Capelet Supérieur et la mer de nuage en fond qui ne se lèvera pas de la journée sur la côte. undefined
Le secteur des Merveilles avec le versant sud ouest du Bégo à droite. undefined

L'itinéraire n'est pas évident depuis la Gordolasque. Une fois franchi le pont des Sagnes, il faut trouver le chemin assez raide dans la forêt. Après 200m de dénivelé, plusieurs possibilités s'offrent à vous: le vallon de Raboun ou celui de la Maïris. Pour atteindre le sommet de la cime du Diable, le plus classique est de traverser à gauche pour rejoindre le vallon de la Maïris. Puis à 2100m, sous un caïre caractéristique, on monte à droite pour rejoindre la large combe de Raboun. Arrivé au col entre le Capelet Supérieur et la cime du Diable il n'y a plus qu'une  belle pente sud à remonter jusqu'au sommet.
Cette fois nous ne nous sommes pas perdus dans la forêt en bas grâce à Jean Pierre et son GPS.

Voila quelques photos des riders du jour. Bon OK, il manque le guide de la journée, dénommé Jean Pierre Courtin. Mais tout le monde connait sa godille légendaire et je n'ai pas de photo à proposer. 

undefined Muriel dans la transfo des pentes sommitales de la cime du Diable.
undefined Jean Sébastien le free rider total qui se joue des petites accumulations formées par le vent comme autant de tremplins de saut.
undefined Mathieu Blanchard va chercher un peu de peuf préservée sous les arbres.

Pas de glace dans le Haut Var: après une sortie où nous avons frisé le but, on peut dire que ça ne vaut pas le coup de faire la route pour les cascades du Haut Var: Nous avons quand même pu rattrapper le coup au ravin de la Petite Morière dans le vallon du Bourdoux d'Entraunes et Simon a pu dépoussiérer un peu ses piolets dans la seule cascade en condition de la vallée. i_bug_fck
Lire la suite

A la recherhe de la transfo

14 Février 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

La température a chuté cette semaine et il n'est pas évident de trouver une neige de bonne qualité en versant sud. Il reste peut être un peu de neige froide plus agréable en versant nord?

Hier jeudi, un peu de transfo quand même dans la face sud du Néglier.
Depuis la Gordolasque, un couloir étroit juste après une barre rocheuse jaune et surplombante permet d'accéder au cirque supérieur entre la cime de Paranova et le Néglier. Ce passage et bien comblé de neige en ce moment mais il faut déchausser quand même à la montée: trop raide et étroit pour les conversions.

undefined Itinéraire  au dessus de l'amphitéatre. Le couloir sud ne passe pas droit dans l'axe. Il faut attaquer en bas par une écharpe à gauche.

Il n'est pas conseillé de descendre à vue en venant d'un autre versant car il faut repérer le passage à la montée.
undefined Le couloir vu du haut. Alléchant non?

La neige était restée un peu dure en haut vers 12h. Plus bas les virages se faisaient plus sûr avec qlq centimètres de transfo en surface.

Un grande pensée en arrivant là haut à Nathanaël avec qui j'avais descendu en mai 2004 la voie normale et le couloir N du Néglier. C'est les dernières images de Nat et de son surf que j'ai gardé en mémoire. Tous ces itinéraires sont bien enneigés cette année, sauf le sommet qui est soufflé sur les 30 derniers mètres. En 2004 on avait pu chaussé au sommet pour descendre versant N!!!

Finalement la descente était globalement bonne, avec juste ce qu'il faut de transfo une fois passé les 50 premiers mètres glacés du couloir supérieur. Une fois traversée le plateau du cirque supérieur et ses boules d'avalanche on replonge pour quelques virages sautés dans l'étroite gorge donnant accès à la Gordolasque. Un descente bien direct.

Quelques photos vu du sommet du Néglier pour avoir une idée de l'enneigement dans le coin:

Les vallons d'Empuonrame et des Verrairiers sumontés de la cime du Diable et du Capelet Supérieur.
Peut être un bon plan pour quelque reliquat de poudre?
undefined
La trilogie Gélas, Malédie, Clapier de gauche à droite.

Juste à droite et sous le sommet du Gélas, on distingue les pentes du Mt Colomb qui sont bien enneigées et plein sud au dessus du Pas du Mt Colomb: une belle descente.
undefined




Lire la suite

Raid entre Tinée et Val Stura

29 Janvier 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Encore totalement transcendé par 3 jours de ski de rando à cheval sur la crête Frontière, voila quelques images de ce raid.  N'était ce pas un rêve?
En arrivant lundi soir à la voiture laissée sur la route d'Isola 2000, nous avions quand même un peu de mal à nous souvenir qu'il fallait aller chercher l'autre véhicule laissée samedi au bout de la route déneigée du col de la Bonnette. Pas besoin de repeauter pour remonter une autre combe? Tu es sûr? Le lavage de cerveau version ski a été efficace.

Le premier jour, nous sommes contentés de monter au refuge de Vens en suivant le chemin d'été: itinéraire à déconseiller si la neige n'est pas très stable en versant sud. Pas de descente le premier jour: il fallait en garder pour la suite.

2ème jours: Descente dans le vallon de Pontebernardo par la brèche des deux frères. Une combe suspendue dont on s'échappe par un couloir caché: le repérage de l'année dernière depuis Talarico aura servi. undefined
Une fois au fond du vallone di Pontebernardo, nous avons  basculé dans le vallone del Piz  en remontant le grand couloir oblique à gauche de la photo. C'est le passo Alto del vallone.
 
Les couteaux étaient indispensables sur la neige dure.
undefined

Etant donné les conditions de neige, les 2 jours suivant nous avions prévu un enchaînement de descentes avec des orientations à majorité Sud ou Est en espérant que la neige transforme suffisamment. Malheureusement il n'a pas fait si beau que ça dimanche. Un voile nuageux s'est maintenu toute la journée avec du vent et les couloirs étaient inégalement dégelés. Par contre pas de regret pour les versants nords que nous avons tous fais à la montée: la neige bétonnée sous forme de vague par le vent devait être assez inskiable. L'ambiance haute montagne de ce coin en hiver était bien là.

Le vallone del Piz avec le dernier col de la journée en haut des couloirs à gauche: le pas de Rabuons.          
Au fond le versant Nord du Ténibre et son fameux couloir N-E.
undefined
Au milieu du lac de Rabuons: le refuge est en vu.
Les nuages de dimanche nous offrent de belles couleurs au couchant après nous avoir  agacés dans la journée en empêchant parfois la neige de décailler sur notre itinéraire "spécial 3 cols".
undefined

Nous n'avons pas vu une seule personne sur les 3 j. Par contre il y a pas mal de chamois et de lagopèdes dans les adrets sous le refuge de Vens. En restant quelques jours là haut, on perçoit bien la dure loi de la nature avec les aigles et les loups qui règnent en maître sur le secteur, prêts à dévorer le plus faible de la horde. En croisant une carcasse de chamois fraîchement dévorée et au vu du nombre de traces de loup par là haut, on se dit qu'il doit y avoir des combats assez violents parfois.

undefined 3ème jours: On profite du paysage en arrivant vers le sommet du Corborant.

Au fond le versant sud-est du Ténibre qui descend vers le lac de Rabuons.
undefined   Vu du Pas du Corborant versant italien. Ca fait plaisir de voir le massif enneigé comme ça.
Le soleil  chauffe bien, pas de vent... la descente sera un régal!

Finalement avec le grand beau temps sans vent de ce lundi les conditions étaient bien meilleures dans les descentes. Une neige de printemps de rêve réchauffée par le soleil de janvier. La descente du Corborant jusqu'à St Bernolfo était magique avec des champs de neige immenses sans aucune trace.

Vive la transfo dans l'énorme descente des laghi del Lausfer: 1100m plein Sud-Est puis encore 300m plus froid  au fond du vallon de St Bernolfo. undefined
Dernière montée du raid: le Vallone di Collalunga.  Contrairement à son nom, la neige n'était pas collante mais glacée; par contre la fatigue aidant, la montée nous a paru longguuuee!

Le beau pic à gauche c'est la Tête de l'Autaret ou Mathieu était à ce moment là.
undefined

Pour la petite histoire, nous avions prévu de  rejoindre éventuellement Mathieu Blanchard au col de La Guerche lundi. Malheureusement la pente au dessus du lac de St Bernolfo en a décidé autrement: trop chargée de poudre descendant des couloirs supérieurs, cette pente nous a paru vraiment trop craignos. Le détour par le pas de Colle Longue et Le Serrière du Camp sera fatal à notre horaire déjà tardif. Heureusement la descente à l'ombre sur la cabane Mouton n'avait pas encore regelé et le soleil couchant sur Isola 2000 égayait le paysage.

En conclusion une belle traversée avec de multiples variantes à adapter en fonction des conditions. Le tour se fait plutôt dans l'autre sens au printemps pour profiter d'un meilleur enneigement dans les descentes. La traversée Rabuons / Vens se fait classiquement par le Ténibre et la Brêche Borgonio, mais la traversée des combes italiennes ne décevra pas les amateurs de couloirs. L'étape Rabuons / Isola peut se scinder en deux en dormant au gite de St Bernolfo. Attention les refuges italiens sont tous fermés à clef de ce coté en hiver et il faut prendre les clefs dans la vallée: pas pratique quand on vient du haut. Le refuge de Alexandris Foches était même complétement enseveli sous la neige.
Lire la suite

Flash info pré week-end

24 Janvier 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Il a beaucoup soufflé en début de semaine et il n'y a plus rien de très bon à skier en versant Nord. Il faudra viser les pentes en transfo pour les prochains jours.
Cet après midi, combe nord de Juisse: mauvais plan. Je n'ai trouvé que de la neige soufflée sous forme de vague sur la crête de Piagu et un désastre dans la combe Nord: neige carton quand ce n'est pas des champs de boules venant des coulées descendues de l'Agnelière. Les versants nords alentours ont aussi été complétement séchés! Finalement le meilleur était la transfo sous le lac de Trécolaps et le fond de la vallée qui a gardé la poudre légère.

undefined
Une belle vue sur le litoral quand même, avec les collines de l'Esterel qui se jètent dans une mer presque orangée.

Voila également 2 photos prises du sommet de Juisse pour vous donner des idées de descentes en transfo sur le secteur "Cougourde"

undefined La moquette des versants sud de Guillié, Ruines, Agnel vous attend.
undefined Moins courues, La cime des Gaisses et la cime du Lombard proposent aussi de beaux versants ensoleillés à déguster sans modération.
Lire la suite

L'hiver comme autrefois

23 Janvier 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Le beau temps est là! Et  les niçois ont pu redécouvrir leurs montagnes au soleil aussi blanches que les bonnes années. Après les descentes rarement en bonne condition, skiées à la volée, il va falloir remonter en altitude pour se régaler ces prochains jours.

En remontant la vallée de la Vésubie, la crête de Bermonnet crève les yeux dès que l'on sort des gorges au Suquet. Cette crête qui monte de Belvédère jusqu'à la Cime de la Vallette de Prals, était trop blanche ce week-end pour y résister. On a chaussé les skis au niveau du hameau du Collet en prenant la petite route des Blancons au dessus de Belvédère. En montant sur la crête on croise 2 anciens à la descente plus matinaux qui nous confirment que la neige chauffée au soleil n'est pas si facile à skier.
Une fois au sommet du Mt Joia, on décide donc de descendre sur le versant ouest qui est resté encore poudreux: une visite qui ne nous décevra pas.

Descente du Mt Joia au dessus de Belvédère en Vésubie.
Mumu : "danseuse des neiges" en action. Trop facile avec cette neige.
undefined
La basse vallée de la Vésubie dans l'axe et la mer de nuage sur la cote: une vue assez insolite depuis cette crête de Bermonnet. undefined
Vue de la face ouest du Grand Capelet depuis le Mt Joye.

Pour ceux qui recherchaient des infos sur l'itinéraire du Pas des Conques: On voit bien le crochet à gauche à faire en bas.
undefined

Pour les amateurs de Tinée voila quelques infos autour du hameau de Roya.

Le Verrou n'est pas très formé. La cascade n'est pas gelée à droite où coule la majeure partie du débit. Ca passe dans le raide à gauche.
Au pont de la Serre c'est un peu mieux avec pas mal de coulée gelée. On a pu installer 6 moulinettes samedi pour que les amateurs de glace du CAF de Nice puissent se dégourdir les piolets.

undefined
Mylène  nous gratifie d'une belle lolotte sur une couenne du pont de la Serre.

Pas facile avec les coques plastiques au pied et un chacal dans chaque main!!!

Toujours à Roya, mais version ski. La montée au col de Crous étant bien tracée, on en a profité pour continuer jusqu'à la cime Nègre de l'Alp et profiter de son versant Nord bien froid.

Dans la montée esthétique vers le col de Crous depuis Roya.

Derrière la face sud de Las Donnas est enneigée!!! Avis aux amateurs de hors piste à Auron.
undefined
Encore de la peuf en descendant de la cime Nègre de l'Alp en face Nord.

700m de poudre tout droit jusqu'au Verrou de Roya. Plus bas c'est moins bon, mais il y a rarement autant de neige.
undefined
Lire la suite

La neige s'installe dans le Mercantour

14 Janvier 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Un hiver 2008  historique pour le ski dans le Mercantour! Une saison  dont on se souviendrait longtemps! On se prend à y rêver en ce moment, tellement les quantités de neige sont inhabituelles. Arrivera t on à voir enfin nos montagnes sous un manteau blanc au printemps, comme le montre les photos des 100 plus belles des Alpes du Sud qui paraissent trop souvent dater d'une autre époque. 
En attendant on se gave de poudreuse comme jamais depuis au moins 3 ans ici.

Mathieu Blanchard se régale en face sud du Baus de la Frema au dessus de la Colmiane.

On a vu pas mal de pins s'effondrer sous le poids de la neige!!!
undefined

La poudreuse, on en trouve quand même chaque année en cherchant bien dans les Alpes Maritimes. Mais là, c'est à basse altitude et en tout versant que l'on trouve une bonne couche agréable à tracer. Le contraste par rapport aux dernières années se trouve surtout en face Sud et Est. A la place des champs de caillasses, on peut faire des descentes de rêve qui laissent perplexe. La chute de la semaine dernière qui a bien transformé sous 2300m a formé une bonne sous couche. Par dessus, la nouvelle couche de neige qui reste froide est donc un régal à tracer.
Le risque d'avalanche est très marqué même en moyenne montagne, surtout dans les versants froids où la sous couche ne s'est pas pourrie en profondeur la semaine dernière.
C'est le moment ou jamais de skier les pentes sud et lumineuses de nos "Alpes du Soleil".

Le  Haut Var dimanche entre 2 perturbations: Les rochers de Roche Grande à droite et les environs du Pelat au fond.

Une photo de Martin  Vallée qui est allé tater la poudre loin des foules à la Cime de l'Aspre par le hameau des Tourres depuis Châteauneuf
undefined
Lire la suite

En Voie de Disparition

10 Janvier 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Topos

Vous n'avez pas eu d'étrennes pour la nouvelle année 2008?  REVALPIN  a pensé à vous et vous offre une belle voie pour aller dégourdir vos chaussons dès que possible à 40min de Nice.
En plus c'est une falaise de saison, à déguster en hiver ou au printemps tant que la température reste assez fraîche. Dès qu'un rayon de soleil pointe son nez, le calcaire orienté plein sud chauffe très vite.

Pour les photos in vivo le 1er janvier c'est ici.
Prenez pas mal de dégaines, car il y a des longueurs très équipées: 13 dégaines + le relais pour L5!




2 accès sont possibles: 

- Par le haut et le village de l’Escarène :

Il vaut mieux se munir d’une carte si vous ne connaissez pas trop le coin.
De Nice rejoindre l’Escarène par le col de Nice. Juste avant le pont prendre à droite la RD 21 qui traverse le vieux village en redescendant vers la route coupée des clues du Paillon. Peu après la sortie du village prendre une route qui monte à gauche en direction de la chapelle St Pancrace. Après plusieurs lacets, laisser deux routes qui montent à votre gauche : celle de la Chapelle St Pancrace et celle des Camps. Prendre à chaque fois la route du bas en direction de Peille. Vous allez passer un petit ponceau très étroit. Juste après il faut prendre une petite route à droite au niveau du panneau « Les Très ». Cette route se transforme en piste. A chaque intersection prendre à gauche la piste du haut pour rester à flanc de colline. Après une petite montée, on rejoint une piste qui descend de la cime de l’Erbossiera. Prendre à droite pour longer la crête de l’Erbossiera. On arrive au parking au niveau d’une grosse citerne à incendie juste avant la barrière d’accès à la carrière (40min de Nice). La piste est bien entretenue et passe bien avec une voiture normale, mais pas avec une berline surbaissée. 

Le chemin part à l’angle du parking en montant sur un talus. Il monte d’abord raide dans la forêt pendant 5 minutes. Puis il faut prendre une bifurcation à gauche (cairn) pour suivre un chemin tout neuf dans la forêt (merci à nos amis les chasseurs). Le chemin descend sur une croupe, puis longe sous la falaise en restant à distance du pied de la falaise. Il faut le suivre jusqu’à arriver à l’aplomb du point le plus bas de la falaise avant de remonter un peu jusqu’au pied de la voie. (30min)

- Par le bas en remontant le canyon de l’Erbossiera depuis la barrière sur la RD21 coupée entre La Grave de Peille et l’Escarène. Vous ne risquez pas de vous perdre. Toutefois cette solution est déconseillée, car une fois remonté le canyon, il faut bartasser pour rejoindre le pied de la falaise en contournant quelques petites barres. (1h à 2h) 

Retour : 

Rappels équipés mais déconseillés, car obliques. Du sommet de la voie, on rejoint facilement le nouveau chemin qui fait le tour de la falaise. Il ramène rapidement jusqu’à la piste, puis au parking.


Lire la suite

Transfo à Corpatas

7 Janvier 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

A  chute de neige un peu anormale, une rando un peu anormale aussi.
Nous voila donc parti pour une rando plein sud, sur une pente qui parait suffisamment blanche en remontant la  vallée du Var en dessous des gorges de Daluis.  La carte indique une route qui monte assez haut vers 1400m au dessus du village de Daluis. En fait c'est une mini route à peine goudronnée qui devient vite trop enneigée pour continuer en voiture en ce lendemain de perturbation. Nous voila donc partis pour la crête de Corpatas, 800m au dessus. L'ambiance est étrange pour du ski de rando, au milieu des pins aux odeurs de grand sud et des perdrix noires qui s'envollent à notre approche depuis leur repair sous les églantiers. Pour la descente il devrait y avoir tout juste assez de neige: 30cm de neige dense et humide sur l'herbe. Au moins il n'y a pas trop d'épaisseur pour les coulées!

A gauche la longue crête de Corpatas mène au Mt St Honorat qui domine le secteur. undefined

Arrivée sur la crête, un peu après la cabane de Daluis, on voit vite que la suite n'est pas très intéressante pour cette journée: un fort vent soulève la poudreuse et la suite se présente en une succession de bosses avec une neige glacée sur la crête ou croûtée en versant nord. On enlève donc les peaux pour profiter de la pente sud en transfo avant que ça ne regèle.
Pour les niçois, "Corpatas" ne viendrait pas du niçois "Croupatas" qui désigne les oiseaux du genre corbeau ou choucas? Il doit y avoir pas mal d'oiseaux qui jouent avec les ascendances sur cette crête en été.

undefined Transfo à la descente, parfois assez bonne, parfois un peu lourde. Puis pas assez de neige pour ne pas toucher en arrivant en bas.

Pour le risque d'avalanches, même plein sud et si bas en altitude, on peut voir sur la photo des départs spontannés de faible ampleur nettoyant tout jusqu'au sol sous des barres rocheuses.
Lire la suite