REVALPIN
Articles récents

Explorimage 2011 avec Mountain Wilderness - vendredi 11 novembre

2 Novembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Revalpin

Explore image2011

Comme chaque année les projections d'Explorimages permettent de véritables voyages dépaysant, sans aller plus loin que le Parc Phoenix de Nice. Cette année, il faut souligner la soirée "Changer d'approche" du vendredi 11 novembre de 17h à 20h30 avec des films promouvant la mobilité sans voiture, en transport en commun, à la voile ou en train jusque dans le Mercantour. Tout le programme en cliquant sur l'affiche.

Lire la suite

Rééquipement de "Bonne Bouteille" à Tavel

5 Octobre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Aldo a usé quelques mèches dans le Granit de Tavel pour sécuriser la voie "Bonne Bouteille"

 

"Après un vol mémorable, et l'arrachement d'un clou dans le pas de bloc de la seconde longueur en juillet 2005, où j'ai failli m'empaler sur l’aiguille rocheuse du 1er relais, l'objectif était de reprendre l'intégralité de l'équipement vieillissant.
Nous nous étions arrêtés au R5, après avoir rajouté 13 plaquettes, consolidé les premiers relais, et protégé le pas de bloc.
L1: 4 Spits , L2: 4 Spits , L3: 0 Spit (marche / pose d'un nouveau relais plus visible sur dalle blanche dans un petit ravin) L4: 5 Spits (courte montée, traversée du grand ravin et diagonale vers "les Sospelois").
Nous avons refait la voie le 02 octobre 2011, après 6 ans de patience, pour un nouveau repérage et le marquege des points.
Ce lundi 03 octobre 2011, nous venons de terminer le rééquipement jusqu'en haut.
Relais R8 commun avec les Sospelois et sortie sur l'arête (1 plaquette).
A privilégier la descente à pieds, soit au Nord par la baisse de La Lause et la baisse Druos, soit au Sud par la crête jusqu'à la grande pente orientée ouest sous la Tête de la Costasse.
Plus de 20 plaquettes ont été spitées, les relais de R4 à R8 sont neufs et équipés en rappel. (spits de 10mm)
Le passage dur au départ de R7 qui était souvent évité parce que trop "expo" est protégé.
Bonne grimpe
Aldo"

 

Ca me fait penser à l'accident de Muriel l'année dernière au Chainon des Guides qui a motivé le gardien du refuge Bozano à rééquiper la voie "esperanza d'escobar" à la Punta Ghigo. Merci Aldo pour ce travail.

Lire la suite

Fantasme d'Ailefroide suite et fin

19 Septembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Voila la suite du récit de l'ascension du Pilier des Séracs à la face nord de l'Ailefroide.  C'était il y a maintenant 3 jours, dans le "Grand Oisan Sauvage", comme le dit Nico. Et ce n'est pas peu dire, quand on fréquente l'Oisan hors juillet et août: J'étais seul ce jour là sur tous les versants nord du glacier noir et je n'ai croisé personne nom plus dans la descente par la vallée du Sellé avant d'arriver à 30 min du camping d'Ailefroide!  D'ailleurs le glacier et les névés de l'Ailefroide Orientale (course en principe fréquentée!) n'était même plus tracés après 10 jours de beau temps!

 

Sans titre 1

Me voila dans les pentes du glacier suspendu de l'Ailefroide. La vue splendide se dégage de tout coté.

 

Ici le Pic Sans Nom nous montre son profil le plus séduisant pour les grimpeurs avec les grandes murailles de sa face Nord et Ouest.

 

Sous les pieds, la pente est fuyante jusqu'au glacier très très très loin.

Du coup je préfère regarder toujours vers le haut pour cheminer au mieux entre les bandes de glaces et vérifier chaque ancrage de mes piolets.

 

En effet les pentes de glaces se révéleront le passage le plus difficile à cause des conditions sèches de fin d'été. Une fine couche de neige recouvrait à peine la glace vive du glacier. Au bout de 50m j'avais déjà les mollets en feu! 

DSCN8906

 

Sans titre 2

Du coup je dois changer un peu l'itinéraire prévu. Car la traversée vers la droite pour rejoindre l'arête de Coste Rouge est vitrifiée.

 

Je décide donc de monter par une goulotte droit au dessus du glacier suspendu qui a fait couler un peu plus de neige fraîche sur la glace. On voit la goulotte déboucher sur l'arête juste à gauche d'une tour au milieu de la photo.

 

La rimaye du glacier suspendu est la seule crevasse que j'aurais à franchir dans toute la course. Heureusement elle est bien bouchée dans l'axe de la goulotte sommitale.

DSCN8915

 

DSCN8918

J'arrive sur l'arête de Coste Rouge 100m sous le sommet. Et je découvre le versant Nord Ouest coté Bérarde avec les fameuses plaques de glaces de la "voie des plaques". Quelle ambiance sur cette arête entourées d'itinéraires mythiques!

 

C'est sûr; je reviendrais faire cette arête de Coste Rouge depuis le bas. C'est une sacrée trouvaille du célèbre Angélo Dibona, qui a ouvert ainsi en 1913 le premier itinéraire au milieu de la face nord des Ailefroides.  

 

DSCN8923  Encore une vue proche du sommet de l'enfilade Pic du coup de Sabre, Pic Sans Nom, Pelvoux : on ne s'en lasse pas. Et à leur pied coule l'invisible glacier Noir recouvert de tonnes de rochers. 

 Autoportrait au sommet de l'Ailefroide Centrale à 16h.

 

J'ai fait une bonne pause de 30 minutes là haut pour admirer le paysage au milieu de la zone préservée des Ecrins. Pas une rotation d'hélico, pas un bruit, seul le craquement d'un sérac de temps à autre. Et  seule habitation en vue: le refuge du Carrelet est très très loin et minuscule au fond de la vallée de la Bérarde.

DSCN8933

  Le lendemain voila le refuge d'hiver du Sélé au milieu de son cirque de montagnes du bout du monde.

 

J'étais bien content de trouver cette fidèle cabane pour dormir en arrivant la veille à la nuit tombée après 17h de course depuis le Pré de Mme Carle!!

 

DSCN8936

 

Je prends le chemin de retour vers la vallée, les jambes chargées d'acide lactique, mais la tête pleine de sauvagerie et le corps dopé pour plusieurs jours de cette sensation grisante d'avoir vécu intensément chaque seconde, concentré dans l'action pendant de très longues heures.  

 

Plus que deux mois à patienter pour retrouver un terrain de Haute Montagne à portée de la maison quand le Mercantour se couvre de blanc.... Et nombreuses escalades à partager encordé à venir.

 

Lire la suite

Fantasme interdit à l'Ailefroide

18 Septembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Le bel anticyclone de la semaine dernière me laissait rêveur d'une dernière grande course en condition estival, quand il fait bon grimper en altitude. Une face nord de l'Oisan au glacier Noir me trotte dans la tête. Et puis je retombe sur le récit fantastique de Robin Revest et Yann Borgnet sur leur trilogie des voies Cambon-Francou du glacier Noir.

Le pilier des Séracs à l'Ailefroide me fait envie avec ces mythiques tranches de glace toutes proches, mais ne menaçant apparement pas le pilier. Après un repérage sur la moraine du glacier Noir jeudi, les conditions ont l'air assez bonnes avec le haut de la face déjà plâtrée et le bas bien sèche. Pour profiter du créneau météo, j'irai seul dès le lendemain... Est-ce bien raisonnable? Sur le coup, je me sens très sûr de moi et je me réjouis déjà d'avancer léger et rapidement.

 

DSCN8876

Après une marche au clair de lune, un peu glauque, sur le très long glacier noir, me voila au pied de la muraille.

Il ne reste plus que le plaisir de la grimpe.

 

L'itinéraire remonte le pilier à gauche sous les séracs. Il n'y a pas de rimaye à passer... tant mieux!

 

J'ai pris de quoi m'autoassurer dans les longueurs du pilier, car j'ai très vite la trouille en solo intégrale en rocher. J'ai déjà testé le système plus d'une fois dans les voies du Mercantour et je sais que je prends beaucoup de plaisir à grimper autoassurer avec un grigri. J'en oublie presque que je suis seul dans les belles envolés du pilier et je me retiens tout juste de crier "relais" en arrivant au sommet de chaque longueur.

 

 Dans le grand dièdre du bas, le vide se creuse. Avec ma bardée de friend et ma corde, même pas peur, je profite de l'ambiance serein.
DSCN8881
 Tous les relais sont équipés, sur pitons ou anneaux. Voila 4 pitons qui vont me servir de compagnon de cordé.
 DSCN8883

 

La longueur au dessus du dièdre est un cran au dessus des autres, assez engagée et impitonnable comme dit le topo. Voila ce que j'ai fait, qui ressemble au topo.

On sort du dièdre par la droite sur une vire. Relais. Traverser alors à gauche sur une immense écaille décollée. De l'extrémité gauche de l'écaille, 5m de solo dans un mur peu prisu amène à un friend coincé un peu à droite. De là, monter en diagonale à gauche sous un petit surplomb fissuré où l'on peut aussi cravater un bloc. On se rétabli sur le petit pilier qui suit et on grimpe encore un morceau sans protection possible jusqu'à 3m du relais.

 

DSCN8888 Le fameux passage clef de la voie avec le grand ciel bleu au dessus. Un vendredi à la météo encore vraiment estivale du matin au soir.
 DSCN8896  Brrrreeeeee, froid dans le dos, cette photo. A sensurer??? Pourtant je n'avais du tout l'impression d'être dans l'axe des séracs comme le laisse penser cette photo.

 

 

 

DSCN8895

 L'itinéraire revient sur le fil en haut du pilier par une longueur raide mais très prisue. Un régal de bon rocher.

 

Après avoir grimper deux fois toutes les longueurs du pilier, me voila à 12h au pied du glacier suspendu de l'Ailefroide. Je vais pouvoir avancer un peu plus vite en principe.

 

 Je passe à coté du monstre de glace. Les fissures sont déjà là et les tranches sont déjà prédécoupées pour rejoindre le glacier Noir.
DSCN8902

 

Suite au prochain numéro!

Lire la suite

Fréquentation record du Mercantour

9 Septembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Revalpin

Le mois de septembre est arrivé et le bilan de la fréquentation estivale du Mercantour est plus que bon.

 

En juillet et août les refuges ont fait le plein quasiment tous les jours!! Du jamais vu pour certains gardiens présents depuis de longues années dans le massif. Il n'était pas rare de voir plus de 300 voitures à la Madonne de Fenestre certains jours.

 

Quelle contraste avec la saison de vache maigre pour les gardiens des refuges de l'Oisan! Certains croisés la semaine dernière, se demandent même si ils vont recommencer le gardiennage l'été suivant, au vu de la désaffection du massif!


DSCN5610

Le vallon de Cougourde va pouvoir retrouver un peu de calme après la foule de l'été.

 

Alors quelles sont les explications de cet engouement pour les Alpes de l'extrême sud? Plusieurs pistes sont lancées si dessous même si les raisons sont certainement multiples.

 

- La météo a été très mauvaise et froide dans les Alpes du Nord en juillet. Elle a donc joué en notre faveur ,avec des randonneurs qui ont franchement décalés leur destination alpine vers le sud. Et même si le beau temps estival est revenu en août, les jeux étaient faits et les réservations faites à l'avance dans le sud.

 

- La fréquentation record de la Côte d'Azur toute proche a certainement aussi contribué à drainer quelques plagistes vers les cimes le temps d'une journée ou 2.

 

- Il parait aussi que le public friant d'alpinisme est en voie de disparition en Oisan alors que la randonnée courte tient plus que jamais le haut du pavé dans les activités "montagnes". Et le Mercantour est surtout réputé pour la randonnée facile au milieu d'une faune et d'une flore exubérante. C'est vrai qu'il n'y pas de prise de tête sur le matériel à emporter en randonnée. En plus toute la famille peut venir et même celui qui ne fait pas trop de sport le reste de l'année.

 

- Cerise sur le gâteau, un magazine allemand a publié au printemps un superbe article sur une boucle d'une semaine de randonnée au départ de Valdieri, passant par les refuges de Cougourde, Madonne de Fenestre, Nice. Les groupes du DAV se sont donc succédés tout l'été sur les chemins du Mercantour et au refuge il faisait bon parler quelques mots germaniques pour comprendre la conversation à table.

 

Exotique, chaud, dépaysant, remis au goût du jour, le Mercantour avait tout pour plaire cet été.

 

Comme quoi, il n'y avait pas besoin de se prendre la tête avec le projet pharaonique des balcons du Mercantour... Un grand coup de neuf dans quelques refuges comme celui de Cougourde et de Nice, de beaux sentiers bien entretenus en pierre comme l'accès à la Cougourde, une bonne dose de publicité bien ciblée et le public accourt.

Lire la suite

ReGalaad à la Cougourde

7 Septembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Galaad est une voie d'escalade de la Cougourde. Serait ce la légende du fameux chevalier vertueux "Galaad", fils de Lancelot, qui a inspiré le nom cette voie? Les ouvreurs étaient ils en quête du Saint Graal?

C'est en tout cas une belle voie assez courte de la Cougourde : juste 5 longueurs originales, puis on rejoint la voie de "la Toussaint" et on finit jusqu'au sommet de la cime 3 par la "Directe". 

 

 DSCN5605  Florent dans la première longueur en dalle, sur du rocher tout de suite compact. Il est difficile d'ajouter des coinceurs en plus des quelques goujons en place et les cablés permettent peut être de s'en sortir un peu mieux.

 

Qui peut me donner le nom de cette araignée véritablement camouflée sur le gneiss et ses lichens?

 

Venimeuse ou pas? Nous n'avons pas testé...

en tout cas très adaptée à son habitat.

DSCN5598
 Le gneiss de la Cougourde prend ses plus beaux tons orangés quand le soleil daigne enfin sortir sur la face ouest : 11h30, pas avant.
Sans titre 1

 

DSCN5616

Florent dans la longueur clef en 6b de la Toussaint. Un dièdre raide un peu au-dessus du ton moyen de la voie.
DSCN5622 Notre fière Cougourdon nous fait encore de l'oeil à l'heure du repos salvateur, après une belle journée de grimpe.

 

Si ce temps estival continue encore un peu, le mois de septembre nous réserve encore quelques belles journées dans le Mercantour.

Lire la suite

Pic Sans Nom par la voie Kelle

30 Août 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Avec la chaleur torride de la semaine dernière à Nice, nous avions prévu de dormir le week end dernier à la belle étoile au coeur de "l'Oisan Sauvage", pour la grande ascension de l'été avec Patrick.

Sur la route, en passant au col de la Bonnette, le thermomètre indique 1°C samedi matin et nous croyons deviner un peu de neige fraîche sur les sommets de l'Oisan. Il n'en faut pas plus pour rebuter 2 niçois de passer la nuit dehors. Raoul, le gardien du refuge du Sélé, nous conseille le versant sud-ouest du Pic Sans Nom pour se dorer au soleil en altitude.

 

Sans titre 2 A droite du coup de Sabre, se dresse la forteresse du Pic Sans Nom et son épaule Ouest.

 

Une voie de Philippe Kelle remonte l'épaule ouest. Le nom de l'ouvreur nous garanti une escalade de qualité.

 

DSCN8813  Sur le glacier du Coup de Sabre, nous voila déjà en haute montagne. Le soleil se lève, nous promettant une journée à la météo splendide pour ce dernier dimanche du mois d'août.

 

Nous savons que la journée va être longue au vue des horaires à rallonge indiqués sur le topo. Mais ça tombe bien, nous voulons nous immerger en haute montagne pour profiter encore un peu de l'été qui tire à sa fin.

 

 Dés le début, le rocher est splendide sur le pilier au dessus du glacier: un granit un peu rouge de premier choix.

 

Les chaussons d'escalade sont les bienvenus dès les premières longueurs, qui paraissent plus dures que sur le topo quand il fait froid et que le sac à dos pèse sur les épaules.

 

 

DSCN8821
DSCN8828

Plus on monte, plus la paroi semble haute.

 

On dirait qu'il reste du chemin jusqu'au sommet. Par où ça passe?

 

Patrick au prise avec les belles cannelures de granit du 2ème pilier rouge. C'est certainement les longueurs les plus belles de la voie, très très raides pour le petit 4+ indiqué sur le topo.

 

 

DSCN8838

Et c'est reparti sur le fil de l'éperon, pour une longueur de plus de granit génial.

 

Dans cette muraille d'Oisan au rocher hétéroclite, il fallait une sacrée expérience pour trouver une ligne d'ascension en bon rocher au moins dans les sections raides.

DSCN8836

Il y a très peu de matériel en place dans cette voie d'escalade de 1967: 4 pitons, 2 coinceurs coincés, quelques sangles jaunies, mais nos friends modernes font merveilles dans les fissures.

DSCN8840

Bien plus haut au dessus du glacier, nous cherchons un passage vers le sommet de l'Epaule Ouest.

 

Pour franchir le bastillon sommital de 100m sous l'épaule, nous nous sommes perdus dans une cheminée 10 m à droite de la voie "On est pas là pour se faire engueuler".

Après une première longueur oblique, la cheminée devient profonde et sordide avec des flancs lisses recouverts de glace. Une seule solution: poser le sac, se faire le plus mince possible, ramoner jusqu'à un bloc coincé, faire un pendule depuis le bloc pour sortir du fond de la cheminée et récupérer quelques prises déglacées sur son flanc droit et sortir au sommet!! Heureusement que j'avais expérimenté une solution similaire dans le Mercantour cet hiver à la goulotte Chéré, sinon c'était demi tour!

DSCN8847 DSCN8851
Puis une grande course d'arête nous attend jusqu'au sommet du Pic Sans Nom. Les passages en face Nord, sont déjà un peu mixtes.   Suspendus au dessus des abîmes du glacier noir.

 

 Summit à 3913 m, le souffle est un peu court.

 

Encore une ou deux chutes de neige et les goulottes des Ailefroides sont en conditions derrières!

DSCN8864
DSCN8869

Belles lueurs du soir sur le glacier après une descente express de la voie normale du Pic sans Nom.

 

Le gardien du refuge de Pelvoux nous attend. Nous arrivons à la tombée de la nuit au refuge, la tête remplie de piliers et fissures rocheuses, seul au monde pendant 15h de bambée en montagne.

 

Bravo à toi Patrick, pour ce baptème du feu dans une grande course alpine.

Lire la suite

Arête de la Fenêtre climatisée

25 Août 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Nous sommes allés à l'arête de la Fenêtre samedi dernier avec Jeanne, Julien et Philippe pour leur première voie rocheuse en montagne.

Cette course est parfaite pour les grosses journées de chaleurs que l'on vient de vivre dans le Mercantour, comme d'ailleurs tout le versant Nord du Caïre Barel et du Ponset.

 

DSCN5554

 Nous évoluons parfois sur le fil même de l'arête très esthétique.

 

 

 DSCN5562  Qu'il fait bon grimper en polaire à l'ombre du Grand Caïre pendant que les versants sud brûlent de chaleur!

DSCN5569

 Le clou de l'ascension est certainement le passage à la fenêtre que l'on voit du sanctuaire.

 

C'est dans ce trou dans le rocher, qu'une ombre de Madonne est apparue plusieurs fois à l'origine du mythe du sanctuaire.

 

Sur l'arête nous trouvons plusieurs pieds de "saxifrage florulenta" en fleur.

 

C'est une espèce endémique du Mercantour, qui a été mise sur le devant de la scène comme emblème du parc national.

DSCN5561
 La vue sur l'arête ouest du Ponset donne des idées pour les prochaines courses classiques à la Madonne de Fenestre.
 DSCN5580

 

DSCN5563

Julien, haut perché au dessus du vallon de la Madonne de Fenestre, se joue du vide pendu à un bon becquet. 

 

Le soleil nous effleure déjà... heureusement nous arrivons au sommet par quelques morceaux d'escalade facile.

 Une matinée au frais comme ça... C'était inespéré la semaine dernière!

Lire la suite

Traversée du Basto en mobilité douce

19 Août 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Rando bus

 

Comment transformer une traversée d'arête du Mercantour, à l'approche un peu longue, en un voyage excitant et détonant :

- prenez comme compagnons de cordée des amis de longue date comme Jean Gounand et Eric Teisseire

- partez en transport en commun pour tester une nouvelle approche du Mercantour, très adaptée aux traversées

- choisissez une escalade logique sur votre chemin pour profiter de cette nouvelle liberté. Il n'y a pas de voiture à retourner chercher dans la même vallée.

- en option : embarquez avec vous un cinéaste et ses 2 caméras pour réaliser un film du voyage et participer au concours "changer d'approche" de Mountain Wilderness.

 

Nous voila ainsi parti pour 2 jours dans le Mercantour, la semaine dernière, avec pour objectif de rallier La Madonne de Fenêstre à Castérino. Au passage, le Caïre Colomb et les arêtes du Basto sont au programme. 

 

DSCN5491

Départ de la Madonne de Fenêtre où vient de nous poser la navette du bus de St Martin Vésubie.

Bouquetin

Et tout de suite, le festival animalier du Mercantour nous offre ses plus beaux moments avec les jeunes bouquetins de l'année en apprentissage dans les blocs.
DSCN5500  Jeannot sur les arêtes du caïre Colomb, idéales depuis le Pas du Mont Colomb.  Voila un beau terrain pour tourner quelques prises de vue. Silence, on tourne!! Eric fait chauffer les caméras.

 

Au milieu du chemin, le confortable refuge de Nice nous permet de faire une pause gastronomique. La soirée n'en finit plus en faisant le tour virtuel du massif, au fil des anecdotes de Jean sur chacune de ses ascensions au parfum d'aventure, un piton entre les dents.

Et  toujours d'avant garde, Jeannot n'est même pas dépaysé par le voyage en bus : il connaît déjà tous les circuits des Rando bus 06!

 

 Le lendemain le ciel nous réserve son plus beau bleu azur.

 

La Malédie pointe fièrement son doigt à coté du Gélas.

DSCN5503
 Et avec Jean pas besoin de topo, il parait que c'est par là bas le Basto.
Sans titre 1

 La traversée des Basto est une belle course d'arête rarement visitée.

 

Imaginez vous sur un fil, à cheval entre le lac Autier et les lacs des Merveilles!   

 DSCN5512

 

Nous avons shunté la pointe Nord pour nous concentrer sur la partie la plus aérienne, de la brèche des Basto jusqu'à la baisse du Lac Autier. C'est sûrement la partie la plus parcourue, passant par le Pas de Fantino qui nécessite un rappel dans ce sens. 

 

DSCN5516 Sur le fil du rasoir nous progressons encordés de gendarmes en clochetons.
 sommet  Jusqu'au sommet du Basto sud qui marque le point le plus haut de notre ascension 2767m.

 

Nous redescendons des Basto par la vallée de Fontanalbe, directement sur Castérino. Quelle foule sur les sentiers de Fontanalbe au mois d'août! Ça fait chaud au coeur de voir tous ces touristes venus du monde entier découvrir les richesses culturelles de nos montagnes. Merci aux graveurs de tous les temps pour la notoriété de ce petit coin de Mercantour.

De Castérino, un camping-car nous descend en stop à St Dalmas de Tende où nous attend la bière et le train pour rentrer à Nice.

 

 Tiens voila deux grimpeurs dissimulés dans la file d'attente pour prendre un billet de train à Vintimille.
DSCN5527
 Quelle merveille ce retour en train de vintimille à Nice en longeant le bord de mer. En voila deux qui se régalent les mirettes.
 DSCN5534

 

Nous sommes en 2011 après JC, toute la Gaulle est occupée par la société de consommation... Toute? Non!  Une contrée peuplée d'irréductibles grimpeurs résiste encore et toujours à l'envahisseur. Entre la mer et les sommets ils se déplacent discrètement en bus et en train .....

 

Merdutrain

 

  Enfin, faut pas trop rêver, je ne suis pas prêt de vendre ma voiture!  Mais quand même, c'est toujours sacrémenent grisant de faire parfois sans elle.

Lire la suite

Tous à l'eau

5 Août 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Revalpin

Qu'il est bon de se baquer dans les eaux fraîches des canyons quand la température monte enfin un peu.

En ce moment, les canyons aquatiques sont à la fête comme alternative aux plages de Nice.

Voila un petit aperçu des canyons d'Aiglun et de la Maglia parcourus récemment.

 

DSCN8792 Le canyon d'Aiglun est parfait en ce moment avec un débit qui a enfin baissé un peu permettant d'éviter de faire toutes les mains courantes.
DSCN8797  Du coup en restant dans la veine d'eau c'est beaucoup plus ludique. Il y a même des siphons si vous cherchez bien à l'aval du canyon.

 

 

 Dans la Magila, le débit est toujours assez soutenu même à l'étiage. L'eau est aussi plus fraiche car elle sort de résurgences en montagne.
Sans titre
 Les Toboggans se succèdent pour le bonheur de toute l'équipe.
Sans titre1

 

Quand le soleil éclaire les vasques, l'ambiance devient idyllique.

Sans titre 2

Lire la suite