REVALPIN

Au Baou d'Eïra on ira

24 Octobre 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Voila un petit album photo réalisé à l'occasion de l'ouverture de la saison dans le vallon tranquille de l'Erbossiera avec Mumu et Benoit Degroisille.
Un an après l'équipement de "En voie de disparition", la fréquentation a l'air assez proche de zéro par ici. Tant mieux pour les amateurs de tranquillité que nous sommes. Tant pis pour tous ceux qui se plaignent régulièrement qu'il n'y a que des voies élitistes dans le 06.



Ben déjà tout sourire dans la première longueur. Et encore, ce n'est que le début avec du rocher un peu fracturé.

Mumu se régale dans le pilier de la 3ème longueur. Aérien à souhait avec plein de bacs de partout.





Ben à la sortie du pilier: "C'est bientôt le Verdon avec ce gaz?"
   
En cette belle journée d'octobre 2008, il faisait encore chaud et nous avons pris quelques coups de soleil. Ça devrait aller mieux dans l'hiver.

Et ça continue dans la traversée de la 4ème longueur qui traverse au dessus d'une petite grotte.

Ben essaie de déchiffrer le pas un peu malcommode qui permet de se rétablir au relais en fin de longueur.
 



Quel calme par ici aujourd'hui, même la cimenterie de la Grave de Peille, qui ronronne au loin en semaine, est arrêtée. Seuls quelques tichodromes et autres oiseaux des falaises viennent nous rendre visite, curieux de voir 3 bipèdes qui rampent petit à petit sur le rocher.

 La fameuse  photos du bandeau d'accueil de REVALPIN.

Finalement la cotation de cette 5ème longueur est bien 6c au maximum pour la continuité: 30m d'anthologie dans une dalle raide pleine de bonnes surprises. Le rocher est de plus en plus sculpté pour finir dans un vrai gruyère de calcaire.


Et pour finir: la seule colonnette de la voie vous attends tout en haut dans un pas de 5+!

Les doigts sont déjà  bien sensibles  à cause du rocher agressif du Baou d'Eïra, mais la râpe à fromage de cette longueur ne va pas améliorer les choses.

Arrivé au sommet du Baou d'Eïra, la vue s'élargie sur les vallons boisés de l'arrière pays niçois. On se prend à rêver que les Alpes Maritimes sont encore remplies de petites falaises inconnues où il fait bon grimper au dessus d'un figuier.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :